La montée du col du Tourmalet (Pyrénées)

Col du tourmalet

Bonjour à toutes et tous,

Alors que les vacances d’été ont débuté pour les plus chanceux, j’aimerais vous retrouver pour un petit billet d’escapade par écran interposés. Nous allons dans un coin de France relativement mythique, qui mériterait d’être plus admiré pour ses paysages que pour les exploits sportifs qu’il représente. Venez, nous allons grimper le col du Tourmalet.

Cette année encore, je n’ai pas de congés en été, donc nous avons essayé de profiter des ponts de Mai pour faire de mini escapades proches de la maison. Un week-end dans le Ténarèze, un autre dans les Pyrénées du côté de Bagnères-de-Bigorre. Le choix de ce région n’était pas un hasard, car elle combinait le fait de n’être pas trop loin de la maison (moins de 2h de route) et de nous permettre de faire le col du Tourmalet. Ce col représentait un petit défi pour nous car nous n’avions pu le réaliser lors de nos toutes premières vacances dans les Pyrénées, il y a 3 ans.

Le col du Tourmalet est surtout connu par le passage (tous les ans) du troupeau de dopés du Tour de France. Mais je trouve que cela le réduit à une simple route alors qu’il est beaucoup plus d’atouts : C’est un des plus hauts cols routiers de France, un col qui permet à tous d’accéder à d’impressionnants paysages de montagnes, d’admirer la végétation de montagne et connaître milieu si particulier. C’est aussi un privilège de  pouvoir le monter car il n’est accessible que quelques mois par an de mai à Octobre. Une fois là haut, il y a comme la sensation d’avoir eu de la chance..

Alors je voudrais partager avec vous le récit-photo de cette montée du col du Tourmalet. Venez donc 🙂

 

****

Nous partons de Bagnères de Bigorre, attaquer la montée par le versant nord. Par chance, ce matin là le ciel semble clément.

En cette mi -printemps, la basse montagne est en pleine floraison. Les chalets pyrénéens et leurs toits minéral se détachent des prairies verdoyantes.

 

La route commence dans les vallées de Campan. Si on regarde bien, sur les pentes des montagnes, les feuillus  en vert clair parsèment les forêts de couleurs vives

 

 

En “grimpant” vers le col du tourmalet, nous rejoignons vite les forêts. Le contraste feuillus/ conifères se renforce, ode au printemps dans les montagnes.

 

 

Nous nous arrêtons dans les lacet, au bord d’une magnifique cascade. Les montagnes des Pyrénées sont caractérisées par l’omniprésence de l’eau et des chutes d’eau. En ce printemps, avec le dégel des sommets, les cascades sont bien fournies. Elles hébergent nombres plantes de milieu humides comme ces jolies grassettes..

 

Après m’être attardée à quelques macros photos pour mon herbier, nous reprenons la route. Encore quelques lacets,et nous arrivons sur le plateau qui héberge la station de la Mongie. Nous nous arrêtons sur le bord de route, regardons derrière. Le point de vue sur les vallées est saisissant…

 

 

 

Continuer encore un peu, nous arrivons en visibilité de la station la Mongie

 

 

Je vous passe les photos de la station (des barres d’immeubles typiques des stations de montagne), et oriente plutôt mon appareil photo vers les montagnes. Tout d’un coup^un bêlement attire notre attention : un troupeau de brebis traverse la route pour rejoindre les alpages..

 

 

Nous continuons encore, dépassant le point où nous avions été bloqués il y a trois ans. Autant dire qu’a ce moment là, toute la petite famille éprouve un petit sentiment de victoire.

 

Col du Tourmalet

 

 

Alors que nous nous attendions à croiser beaucoup de personnes en ce week-end prolongé, la route semble vide. Juste avant un lacet, je demande une pause photo. J’ai des plantes à attraper pour mon herbier, m’émerveille des gentianes

 

Un sifflement attire notre attention .. Les marmottes sont de sortie ! Je sors l’appareil photo vite, attrape un cliché. Jamais nous n’en n’avions vu de si près !

 

“Et la marmotte, elle met pas le chocolat dans le papier d’alu”, commente un plus-si-petit gourmand pendant que nous reprenons la montée.

Plus que quelques lacets… En bas, la station de la Mongie se détache nettement

Col du Tourmalet

 

 

Croiser l’autre partie du troupeau de brebis…

 

Et un dernier lacet nous porte au col. Nous y sommes !!

 

Un dernier regard vers la Mongie et la route par laquelle nous sommes arrivés…

 

Col du Tourmalet

Nous traversons le col à pied.. et le paysage vers les vallée de Saint Jean de Luz se dévoile.

Col du Tourmalet

 

 

Un peu plus près des nuages….

 

Nous marchons une petite demi heure sur les chemins qui partent du col du tourmalet. J’en profite pour “mitrailler” toutes les fleurs qui passent sous mon regard. Cela me permettra de compléter mon herbier. Dans cette petite balade, un doute me traverse : on dirait que cela sent le thym. Je découvre vite des petites fleurs de thym serpolet. Tiens 🙂

Votre servante, prise en photo en pleine action (oui, je vais me “percher” n’importe où pour des photos ^^)

 

Nous décidons de prendre la route de descente vers Saint Jean de Luz. A chaque lacet, le paysage change, de nouveaux reliefs apparaissent.  A ces hauteurs, la nature associe végétaux et minéraux, offrant des palettes de couleurs si particulières

 

 

Un arrêt dans un lacet où nous remarquons nombres pierres gravées. Nous découvrons que l’association Team Westland (1) (Pays bas) viens tout les ans gravir ce col pour récolter des fonds pour la lutte contre le cancer. Chaque pierre représente un proche luttant contre la maladie ou malheureusement emporté. Même si cette initiative vient de milliers de kilomètres de là, on ne peut qu’être touchés par la quantité de pierres…

 

 

Et souhaiter que le paysage verdoyant donne la force à tous ces combattants

 

En retournant la voiture, mon regard est attiré vers les sommets. L’observatoire du pic du Midi, Gardien des étoiles, se détache soudainement des nuages…

 

Reprendre la route, descendre les lacets

 

Et après les brebis, croiser les vaches en montées dans les alpages 🙂

 

Nous arrivons bientôt aux pied des remontées mécaniques côté vallée de saint Jean de Luz et nous arrêtons ici. Nous avons réussi à compléter les portions de route qui nous manquaient il y a trois ans. Alors que nous nous arrêtons pour marcher un peu mon mari et moi remarquons que nous pouvons cocher un de nos “choses à avoir faites” de nos vies. On rigole, on constate que l’on se satisfait de petites choses, mais qu’on est heureux ainsi. Pourquoi chercher l’autre bout du monde, alors qu’il y a déjà tant de belles choses à faire à côté de chez nous ?

 

***

Alors que nous reprenons la même route, je vais vous laisser ici, dans ces magnifiques paysages des Pyrénées. Si jamais vous passez dans le coin cet été (ou un autre été), n’hésitez vraiment pas à tenter cette montée, c’est “à voir”.

En espérant que cette balade photo vous a plu,je vous souhaite une bonne journée !

 

 

Sources de l’article :

Print Friendly, PDF & Email

Si vous avez envie de partager le billet sur les réseaux : -- Twitter -- Facebook -- Pinterest --
Étiquettes:
S’abonner
Notifier de
3 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Merci pour cette escapade et ces beaux paysages !

Bonjour Au fil du thym
Que de souvenirs tu me rappelles avec ces clichés !!!
Pendant des années , nous sommes allés dans ces coins des Pyrénées!
La Mongie, le Tourmalet, le col d’Aubisque , les pics du Midi, Le cirque de Gavarnie , la Fruitière…
Pour ceux qui aiment l’espace, la nature , la flore et la faune , dépaysement garantie!!
Au plaisir
bonne semaine

Merci pour cette jolie escapade! l’été dernier nous avons découvert les Pyrénées à travers un trek d’une semaine entre lacs et cols en passant par le petit Vignemale, c’était top !