Escapades auprès du Yané et Kazé (Gers)

Bonjour à toutes et tous,

Je vous propose de partir en balade aujourd’hui, à la découverte de deux curiosités du Gers. Savez-vous ce qu’est un land’art ? Si non, mettez vos chaussure de marche et venez, on va faire un tour. 🙂

Comme dit souvent mon mari : « On a emménagé pile au bon moment pour visiter le Gers : juste avant le premier confinement ! ». En conséquence, on essaye de s’aménager de temps en temps  – et quand c’est légalement possible – des petites journées de découverte. On ne va pas forcément très loin de la maison mais cela permet de s’évader un peu. Dans les curiosités proches, j’avais repéré le « Yané et Kazé » des « land art » c’est à dire des œuvres artistiques d’extérieur, utilisant des matériaux naturels. Nous avons profité d’une journée de week-end (presque) ensoleillée de début de printemps pour nous y rendre. C’était peu avant les « mesures de freinage renforcées ».

Je voulais partager cette balade photographique auprès du Yané et Kazé avec vous, espérant par là vous apporter un bol d’air et de dépaysement. J’espère que la sortie vous plaira. !

 

****

Sur les hauteurs de Villefranche : Kané

Pour notre balade Yané et Kazé , prenons déjà la direction de Villefranche (d’Astarac), à quelques kilomètres au Sud de Simorre, plutôt Sud du Gers. Nous prenons les petites routes et traversons d’abord de petits villages ensoleillés comme celui de Tournan. Un détour à la place du village, à côté de l’église, où nous découvrons le paysage ensoleillé des collines du sud Gers/Haute Garonne. Avec les champs parés de vert, un air de printemps flotte dans l’air.

 

Après des collines, nous nous retrouvons dans la vallée de Simorre et de Villefranche d’Astarac. Villefranche est une jolie ville ancienne, aménagée autour d’une grande place d’Église. Cette place est bordée de vieilles maisons ou de fermes à colombages., lui apportant le charme de l’ancien. On imagine cette place pleine de vie, lors de jours meilleurs.

 

De l’autre de la vallée, face à Villefranche, se trouve le Yané ou « toit » en japonais, une œuvre de l’artiste japonais Teruhisa Suzuki. Pour la rejoindre, redescendons dans la petite vallée, et grimpons sur la petite route faisant face à la ville. Au fur et à mesure de la marche, les anciennes maisons se dégagent des arbres.

 

Chemin du Yané et Kazé : Villefranche

 

Et quand nous arrivons sur le promontoire, la vue sur Villefranche est stupéfiante, dans le prolongement de ce toit de bois.

 

Yané et Kazé : Yané

 

Yané et Kazé : Yané

 

On en fait le tour, étonnés par la forme de soucoupe, avant de retrouver l’attraction du Yané : l’oeil qui permet de voir Villefranche dans un médaillon.  (C’est la photo « instagrammable » du coin 😉 )

Yané et Kazé : L'oeil du Yané

 

Juste à côté, je découvre les points de passage des chemins de randonnée du coin. Les « chemins du Yané et Kazé » sont connus dans la régions comme étant « the place to be » pour les orchidées sauvages. En ce tout début de printemps, point d’orchis, c’est le temps des merisiers..

 

 

****

Sur les traces de la mémoire : Le maquis de Meilhan

Nous redescendons puis reprenons la voiture afin de réaliser un détour sur un haut lieu du coin : le maquis de Meilhan. Notre petite histoire d’escapade balade se mêle à la Grande, car nous rejoignons ici un des plus haut lieux de la Résistance dans le Gers. Il fut créé par le docteur Raynaud, qui refusa de laisser faire le nazisme et fuya dans les forêts du Gers. Il rallia nombre fermiers à sa causee, faisant grossir le maquis jusqu’à 76 personnes. Le 7 juillet 1944, le maquis est trahi et assailli par 1200 soldats de l’armée nazis. Il s’en suit un massacre.. commémoré tous les juillets dans le Gers.

J’étais déjà venue à Meilhan il y a un an et demi à l’occasion d’un week-end où je ne pouvais rentrer en Drôme, et je me souviens encore de l’émotion qui m’a prise en arrivant dans ce mémorial. De loin, cela semble être un bâtiment un peu grandiloquent, notamment avec cette grande fresque commémorative..

 

 

Mais quand je dépasse la grande fresque de mémoire, que je dépasse les ruines du maquis puis que les 70 tombes apparaissent d’un coup, l’émotion m’étreint. Il y a quelques secondes d’arrêt de toutes mes pensées, jusqu’à ce que sorte un « Pourquoi ? ». « Pourquoi ces atrocités ? », « Pourquoi sommes nous, capable de tel massacre ». Ce n’est ni la pitié, ni la colère qui m’étreint, mais l’incompréhension et humilité.

Maquis de Meilhan

 

La lumière printanière semble pourtant donner une réponse à mes questions : Pourquoi ces maquisards se sont-ils battu ? pour la liberté, pour la vie. Ils se sont battus, ensembles, pour que nous soyons encore là, à faire perdurer la vie. Ces pensées résonnent étrangement en cette période de covid. Nous battons nous aussi fort tous ensemble, pour faire continuer la vie au delà de l’épidémie ? Certains comportement égoïstes semblent répondre « non », mais le dévouement d’autres (soignants entre autre) montrent que oui.  Peut être devrions nous prendre exemple sur ces maquisards.

 

Ma famille interrompt mes pensées. Je voulais leur montrer ce lieu. Nous faisons donc le tour et nous arrêtons devant la tour de mémoire pour la montrer aux plus si petits gourmands. Eux qui sont facilement turbulents, gardent un silence respectueux. Sont-t-ils eux aussi sensibles ?  Cette fois encore, j’ai l’impression que maquis garde une âme, une âme bienveillante envers le visiteur, pour lui monter ce que c’est que ce battre, et que est son sens..

 

Maquis de Meilhan

 

****

Dans les forêts de Saint Elix d’Astarac : Kazé

Après une redescente dans le silence, la turbulence des petits gourmands reprends « On va ou ? ». Nous remontons dans la voiture pour parcourir quelques kilomètres vers le Nord, en direction de Saint Elix d’Astarac. Nous quittons les vallons boisés pour rejoindre les plaines, jusqu’à nous diriger dans la forêt de Saint Elix. Située au bord de la rivière gimone elle héberge le deuxième Land Art du Gers : « Kazé ». Nous sommes accueilli sur un petit parking bordé par une prairie couverte de fleurs. Contraste de vie surprenant après le maquis de Meilhan. Je repère direct les cardamines des prés, fleurs délicates du printemps, qui marquent l’absence de pollution

 

 

Après quelques pas sur les chemins de la forêt, le « Kazé » apparait devant nos yeux. C’est un immense tourbillon de bois qui semble enfermé dans les arbres. Cette impression n’est pas un hasard : Kazé signifie vent en japonais, elle représente la vengeance de la forêt de Saint Elix suite à la tempête de Klaus de 2009 qui ravagea 160 arbres. Le vent est ici sous contrôle, la nature a repris ses droits.

Yané et Kazé : Kazé

 

En m’écartant pour le prendre en photo de vol, je reste songeuse : ce tourbillon, aurait-il un sens avec le tourbillon épidémique que nous cherchons à contrôler ? Montre t-il la résilience en chacun de nous.

Yané et Kazé : Kazé

 

Un promeneur de passage me permet de vous donner mesure de l’ampleur de cette œuvre.

Yané et Kazé : Kazé

 

Nous terminons la balade par des petits chemins de forêt, avant de retrouver la prairie aux cardamines. Je me hasarde sur quelques macro-photos, émerveillée une fois encore par le spectacle du printemps..

 

 

 

C’est sur ces notes d’espoir que nous terminons la sortie. Partir sur les routes de printemps, avec l’espoir de jours meilleurs.

Yané et Kazé : Chemins

 

En espérant que cette balade Yané et Kazé vous a plu – et en vous invitant à passer les voir si un jour vous traversez le gers 😉 – je vous souhaite une bonne journée !

 

****

 

Pour en savoir plus :

Print Friendly, PDF & Email

Si vous avez envie de partager le billet sur les réseaux : -- Twitter -- Facebook -- Pinterest --
Étiquettes:
S’abonner
Notifier de
7 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Merci pour cette belle balade émouvante, si bien racontée.

Quelle belle randonnée ! Intéressante découverte , merci pour chaque détail , votre curiosité pour la nature , les pierres , l’histoire , la cuisine , l’écologie, les astuces que vous partagez ici font que ce blog est un petit trésor , souvent j’ai voulu déposer un commentaire mais je n’ai jamais compris pourquoi je n’y parviens pas … j’essaie encore et si ce com veut partir vers vous j’en profite pour vous dire MERCI .

Merci pour ce beau partage !

belle balade et tres belles photos merci

Merci pour cette jolie façon de raconter votre balade. Les photos sont sympa et je peux très bien m’y projeter et du reste c’est une bonne idée pour une petite escapade.
Je vous suis toujours avec autant de plaisir.

Merci pour ces magnifiques paysages et œuvres d’art (j’adore le land art)!