capres de pissenlit

« Câpres » de pissenlit

Bonjour à toutes et tous,

Je vous invite ce matin autour d’une amusante recette de saison, un tantinet cuisine sauvage. Cela vous dirait de cuisiner le pissenlit ?

Que cela soit sur le blog ou pendant ma « balade botanique en vrai » (à retrouver sur ce billet), j’ai noté que vous êtes nombreuses / nombreux à être curieux des plantes sauvages comestibles. Beaucoup souhaitent retrouver « les plantes qui se mangent », celles qui dépannaient dans les anciens temps ou qui sont aujourd’hui revisitées par les chefs cuisiner orientés nature ». Cette envie est clairement un « challenge » pour moi car j’ai plus l’habitude de chercher les plantes pour aider à la bobologie du quotidien que pour agrémenter l’assiette. Mais en regardant mes bouquins sur les plantes médicinales, j’ai vite constaté que le comestible se mêle souvent au médicinal. Alors peut être puis-je essayer de répondre un peu à cette demande.

Sur ce début de printemps, la nature recèle surtout de feuilles et de boutons de fleurs. Les premières sont souvent utilisables en petite quantité pour des salades ou des farces de tartes et chaussons. Les deuxièmes peuvent s’utiliser en condiment, comme par exemple les boutons de pâquerette et de pissenlit. Les boutons floraux de pissenlit sont réputés pour former des « câpres ». L’idée m’a de suite amusée, et trouvant une recette sur le net, je me suis lancée dans sa réalisation. Une cueillette de boutons floraux non éclot en retour de balade, un pot, un peu de vinaigre bouilli, rien de plus. Ultra simple.

Aujourd’hui, je ne peux pas vous donner le résultat gustatif, mes câpres sont encore en train de mariner. Mais vu que la saison du pissenlit reste assez courte, je me suis dit que vous seriez sans doute preneuse/preneur de l’idée. C’est facile à tenter et amusant, que demander de plus. 😉

Bonne journée !

capres de pissenlit

 

Tutoriel : « Câpres » de pissenlit

Ingrédients :

  •  1 pot en verre avec couvercle
  • boutons de pissenlit (suffisamment de pour remplir le pot
  •  vinaigre de cidre (suffisamment pour recouvrir tous les pissenlits)
  •  1 pincée de sel et de poivre

 

Réalisation

  •  Dans une prairie, idéalement à distance d’une route, cueillez des boutons de pissenlit non éclot. Si vous n’en trouvez pas, n’hésitez pas à regarder directement au pied, parfois leur tige n’est pas encore bien formée.
  •  A la maison, lavez les boutons, retirez le résiduel de tige et les feuilles du capitule. ( passez de la gauche à la droite sur la photo)

  •  Ébouillantez le pot puis remplissez avec les boutons
  •  Remplissez le pot de vinaigre de cidre (pour estimer la quantité de vinaigre), puis mettez le vinaigre dans une casserole avec une pincée de sel et de poivre. Portez à ébullition. Remettez le vinaigre dans le pot et fermez hermétiquement

 

Consommez comme des câpres.

Conservez jusqu’à 1 an à l’abri de la lumière et de la chaleur. Une fois ouvert, conservez au réfrigérateur et consommez dans le mois

 

capres de pissenlit

Print Friendly, PDF & Email

Si vous avez envie de partager le billet sur les réseaux : -- Twitter -- Facebook -- Pinterest --
S’abonner
Notifier de

4 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Bonsoir Florence
Bien sûr que je suis preneuse de cette idée de condiment à tester!Merci merci !
Et toujours vos magnifiques photos, qui rendent toute sa noblesse à cette plante nourricière toutes ses parties sont comestibles ou médicinales comme vous le dîtes si bien dans cet article.
Il faut se dépêcher de ramasser les bougeons de fleurs car les fleurs épanouies arrivent vite qui , elles ,sont excellentes en confiture (c’est plutôt une gelée: la cramaillotte).

bonjour, J’adore cette idée et je vais essayer !
Combien de temps faut-il attendre avant de les consommer ? 1 mois ?
Bravo pour votre joli et intéressant blog !
Delphine