Zéro déchet dans la salle de bain : 3 ans après

zéro déchet salle de bain

Bonjour à toutes et tous,

C’est en écrivant les petits gestes écolos du mois que l’idée de ce billet m’est venue. Cela fait quasiment trois ans que ma maisonnée a enclenché une « transition zéro déchet » dans la salle de bain, et un point d’étape pourrait être intéressant.

 

La démarche

Après la cuisine, la salle de bain est un haut lieu de forte consommation de produits contenus dans des emballages non recyclables. Il nous est donc paru évident que nous pouvions faire des améliorations importantes en remplaçant nos produits habituels par des produits « moins de déchets ». On s’est fixé des règles de cette transition “zéro déchet salle de bain” : des changements progressifs, chacun à son rythme, chacun selon ses possibilités. Les premiers petits gestes ont été décrits dans ce billet. 3 ans après, voici où nous en sommes

 

zéro déchet salle de bain

***

Geste 1 : Remplacer gels douche et shampoings-gels par savons et shampoings solides

Un de nos premiers changements  “zéro déchet salle de bain” a été de remplacer les gels douches et shampoings « gels » par des éléments solides. Pour les savons, il n’a pas été compliqué de trouver un fournisseur, nombres artisans commencent à en vendre sur les marchés.  Pour le shampoing, nous n’en avons trouvé que dans les grandes enseignes  « bio ».

Globalement, la transition a été vite faite et sans mal pour les plus-si-petits gourmands et moi : l’ acceptation des produits, il a juste fallu un peu de « réglages » sur l’utilisation du shampoing solide afin d’utiliser la bonne dose. Personnellement, j’ai même trouvé que les cheveux se portaient mieux en passant au shampoing 100% solide.

Cela a été plus compliqué pour mon mari, qui a eu beaucoup de mal à trouver un savon qui lui convienne. La plupart des savons classiques lui laissent une sensation de tiraillement. Il lui a fallu découvrir au hasard d’un marché, un savon « riche » au lait d’ânesse, qui cette fois a permis le remplacement.

Savon et shampoing solide

***

Geste 2 : Remplacer les lingettes par du durable

Sur ce point, partie était gagnée d’avance car nous en utilisions très très peu. Les dernières ont vite été remplacées par le combo gant de toilette + serviette éponge. On s’en porte tout aussi bien.

***

Geste 3 : Remplacer le déodorant “bombe”

Le sujet du déodorant bombe a été compliqué. De mon côté, les déodorants solides ne m’ont pas du tout convenus : souvent trop agressifs, ils finissaient par m’irriter la peau.  J’ai trouvé mon bonheur dans un déodorant « spray » avec un bocal en verre (en photo), qui est recyclable ou réutilisable. (Personnellement je le recycle pour les huiles macérées).

Pour mon mari, il n’a rien trouvé d’assez efficace, donc malheureusement pas de changement.

zéro déchet salle de bain : déo en conteneur verre

***

Geste 4 : Remplacer ou limiter les crèmes en conteneurs non recyclables.

Les crèmes cosmétiques (surtout celles pour nous, mesdames) ont souvent le grand défaut d’être contenues dans des emballages petits formats et non recyclables. Cela n’a pas été simple de remplacer ces éléments par des alternatives peu de déchets mais j’ai fini par trouver :

 

  • Pour la cosmétique, certaines marques ou certains artisans proposent des crèmes placées dans des pots en verre. J’ai fini  par en trouver en boutique bio. Le pot est recyclable ou ré-utilisable.

 

  • A côté, j’ai tenté le « fait maison », avec l’alternative des baumes huileux, composés de cire d’abeille et de macérât de plantes. Les macérâts sont simplement des plantes (fleurs le plus souvent) laissées marinées dans de l’huile longtemps. Le baume se constitue en ajoutant de la cire d’abeille fondue et du conservateur. Sur ce sujet, la réussite à été au-delà de mes espérances car j’ai pu remplacer (avec un gain en efficacité !) plusieurs « crèmes » par ces baumes. Je pense notamment au
    • Baume à l’achillée : pour la cicatrisation {excellent en sortie de travaux potagers}
    • Baume au calendula : pour la régénération

 

  • Et quand c’était possible, la crème a directement été remplacée par du macérât pur, mais à utiliser avec parcimonie.

***

Geste 5 : Passer au dentifrice solide et à la brosse à dent recyclable

Entre la brosse à dent en plastique et les dentifrices sont contenus dans des emballages plastiques non recyclables, il y avait de quoi faire sur ce poste.

Côté dentifrice, les plus-si-petits gourmands sont vite tombés fans des dentifrices solides « façon sucette » à frotter sur la brosse à dent et ont donc vite remplacé les tubes. Il en fut de même pour le Papa. De mon côté, cela a été une « bataille » pour trouver un dentifrice qui me convienne. En effet, la plupart sont assez agressifs et je me retrouvais avec des petits saignements de gencives gênants. Au bout de 2 ans, j’ai fini par trouve une marque de dentifrice en pâte qui soit suffisamment douce pour convenir.

Côté brosse à dent, après avoir expérimenté différentes brosses à tête plastique changeable – qu’on ne trouvait que dans un seul magasin -, on a découvert celles en bambou. Comme une grande marque s’y est mise, on peut y accéder même en habitant à la campagne. Le manche des brosses une fois débarrassés des poils, sont recyclés en « marque semis » dans le potager.

 

zéro déchet salle de bain : dentifrice solide

 

Geste 6 : Remplacer la parapharmacie de “bobologie” par du naturel

On y pense jamais, mais tout ce qui est parapharmacie a le mauvais goût de se trouver en contenants plastifiés souvent sur-emballés. J’évoque ici les sprays anti-piqûres d’insectes, les pommades anti-rhumes,  les crèmes après soleil, etc.  Après quelques recherches et quelques tests du côté des remèdes à base de plantes, nous avons fini par en remplacer une bonne partie par des macérâts de plantes 100% home made.

Dans mes favorites, il y a :

  • L’huile de Saint Jean (Millepertuis) pour les coups de soleil (qui remplace l’après soleil)
  • L’huile de plantain pour arrêter les démangeaisons dues aux piqûres d’insectes (le plus efficace !)
  • L’huile d’origan, décontracturante (qui remplace les produits d’après effort).

il faut bien se rappeler à chaque moment de l’année quand et où faire sa cueillette de plante, mais franchement, on y prend goût. 😉

zéro déchet salle de bain : Crèmes et macérats maison

 

***

Geste 7 : Les protections féminines lavables

En étant franche, même si j’avais étiqueté ce geste dans le « top pratique écolo », j’ai mis du temps avant de pouvoir remplacer des protections jetables par des lavable. J’avais un a priori de saleté voir de dégoût qui me gênait vraiment pour avancer…

Et puis, un jour je me suis souvenue de ma grand-mère qui me racontait que quand elle était jeune, il y avait du linge spécifique qui était lavé à chaque fois et qu’on « ne s’en portait pas plus mal ». Ce souvenir m’a fait un « déclic » et j’ai pu remplacer par des protections lessivables qui se clipsent sur la lingerie.   Effectivement, après usage, il suffit d’un coup de rinçage à l’eau chaude, un coup de lessive, c’est tout aussi propre, et on en parle plus.

Avec le recul, j’en suis même arrivée à me demander comment on a fait pour oublier les protections lavables…

***

 

Geste 8 : Le nettoyage de la salle de bain avec des produits fait maison.

Dernier petit geste que nous avons réalisé : supprimer tous les produits de nettoyage spécifiques salle de bain par des produits basiques ou home made. Mon « nettoyant multi-surfaces » marche très bien du sol au plafond, le vinaigre blanc fait des miracles sur le tartre, et un peu d’huile de coude débouche les siphons bloqués. Ce fut encore quelques flacons plastique en moins dans la poubelle
 

 

Nettoyant multi-surfaces maison & écologique

***

Bilan après trois ans

De notre démarche “zéro déchet salle de bain”, j’en tire la conclusion qu’il ne faut pas croire les sirènes des « influenceurs » qui annoncent que tout changer est simple. En effet, il faut prendre le temps de trouver chaque produit qui nous convient, et les raisons peuvent être très différent de celles d’un autre (l’autre pouvant être le conjoint , l’amie, les enfants..) . Même si une marque est promue comme “top », elle peut tout à fait ne ne nous convenir, et il faut chercher plus loin. Néanmoins, cela vaut le coup de s’accrocher, chercher encore, jusqu’à trouver la bonne préparation.

 

Au global, nous voyons plusieurs avantages. Certes les déchets issus de la salle de bain se comptent aujourd’hui sur les doigts d’une main, mais nous avons gagné bien plus :

  • Les produits durent plus longtemps, donc nous avons beaucoup moins de contraintes de recharges (autant dire qu’on a apprécié lors des confinements…),
  • Les produits « zéro déchet » sont globalement plus simples, plus naturels, avec nettement moins d’ingrédients incompréhensibles,
  • On a regagné énormément de place dans la salle de bain  (comme dans la valise des vacances ): la trousse de toilette des plus-petits gourmands et ma trousse personnelle se limitant quasiment à une pochette.

Voilà, un retour d’expérience sur cette transition “zéro déchet salle de bain”.

 

Et vous ? Vous êtes vous aussi lancé(e)s ? Quel a été votre parcours ? Avez-vous des astuces à partager ?

 

Bonne journée !

Print Friendly, PDF & Email

Si vous avez envie de partager le billet sur les réseaux : -- Twitter -- Facebook -- Pinterest --
S’abonner
Notifier de
17 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Bonsoir,

Je suis dans la même démarche que vous au niveau produits d’hygiène !

-J’utilise du shampoing solide depuis plusieurs années, quand je peux je l’achète à des savonneries artisanales, sinon on en trouve maintenant en grande surfaces.
-Je n’achète plus de gel douche, j’utilise du savon.
-Pour les lingettes démaquillantes, j’utilise des carrés de polaire découpés (je pourrais coudre des trucs plus jolis, mais j’ai la flemme…)
-Je fabrique mon déo (solide), j’ai trouvé une recette qui me convient.
-Pour le dentifrice, je n’ai pas encore réussi à en trouver du solide qui soit bon marché…
-J’essaie au maximum de me soigner au naturel, à ce propos, en cas de coups ou de bleus, je vous conseille l’huile essentielle d’hélichrise italienne : cet hiver en fermant mes volets je me suis coincé un doigt, il y avait un enfoncement et ça devenait bleu, (sans compter la douleur…) et c’est passé en 10 mn avec cette huile (qui est chère, mais que j’avais commandée au Père Noël !!!)
-Je n’ai plus le soucis des protections féminines, mais je vois que beaucoup de femmes et de jeunes filles ont l’air satisfaites des culottes de règles lavables… à voir ?
-Et pour le ménage, j’ai aussi trouvé une recette de produit pour nettoyer lavabos, éviers, baignoires à base de bicarbonate et qui marche très bien !

Voilà pour mon expérience, désolée pour le pavé, mais c’est un sujet qui me tient à cœur !

Bonsoir,
Je vous donne la recette du déo que j’utilise, en précisant bien que je n’ai rien inventé, je l’ai trouvée dans un livre !

Mélanger 5 CS d’huile de coco, 2 CS de bicarbonate, 3CS de fécule de maïs (maïzena ou autre marque), 10 gouttes d’huile essentielle de palmarosa (ou 5 palmarosa et 5 lavande).
Après mélange, mettre dans un ou 2 petits pots et au réfrigérateur.

Je précise que je fais fondre l’huile de coco au bain marie avant, vu qu’elle est figée la plupart du temps. Et justement, le seul inconvénient de ce déodorant c’est qu’en été, il vaut mieux le conserver au réfrigérateur, sinon l’huile fond.

Bonjour,

j’utilise la même recette de déo que Chatbleu et pour moi c’est le plus efficace que j’ai trouvé. Petite astuce été : rajouter de la cire d’abeille à la préparation (à fondre au bain marie avec huile de coco) pour qu’il reste un peu solide. Et du coup ca évite le réfrigérateur pour la conservation (sauf grosse canicule)

Merci pour l’article et pour l’ensemble de ton travail je suis fan de tes recettes!

Bonjour au fil du thym
C’est un sujet qui nous concerne tous en terme ‘de consommateurs !!
Dans notre famille, nous utilisons pour le soin du corps, essentiellement des produits Bio ,
De l’eau, du savon, une crème de jour , shampoing et pour hydrater le corps huile d’amande douce avec huile essentielle dedans !!! Je n’ai pas encore trouver de dentifrice qui nous convienne !!
Je fais moi_ même mon eau micellaire avec des roses de mon jardin, ou des bleuets de mon jardin aussi .
Si je veux fortifier mes cheveux, j’utilise de l’ huile essentielle , quelques gouttes dans mon champoing , je secoue le flacon , et voilà .
Il y a toute une gamme d’huiles essentielles pour se soigner efficacement de bien des ” bobos “sans mettre sa santé en péril .
Les tisanes de plantes, les huiles aux plantes, les cataplasmes d’argile , la nature est belle !!!
Il y a des années que nous n’avons vu de médecins , moi, mon mari et mes enfants !!
Et puis il y a la pensée positive : chaque mal a dies à une signification, écouter son corps, et comprendre ce qu”il nous dit !!
Où avons nous mal ?
qu’est ce que cela veut dire ?
Pourquoi?
il faut s’ AIMER VRAIMENT, Faire tout ce qui est possible de faire pour être bien avec soi même dans l’équilibre !!
De toutes les façons et ça concerne notre alimentation, les soins pour le corps, mais également, être bien dans son entourage, dans son travail , se faire plaisir souvent ( ne pas s’oublier ou se perdre) , ne pas en prendre trop sur son dos, et AVOIR CONFIANCE EN SOI ET EN LA VIE !!!
Faites tout ceci et votre personne vous le rendra !!
Passeuse, guérisseuse, énergéticienne

Bonsoir
En ce qui me concerne, j’ai fait mes ” premières armes” avec le livre de Danièle Festy .
Je le trouve bien écrit, complet et facile de compréhension !!
” Mes 15 huiles essentielles ”
Les conseils de Danièle Festy
En tout cas , je vous remercie pour votre blog , intelligent et pleins de bon sens !!
C’est rare de nos jours!!
Bien à vous

Bonjour,
Ce qui nous bloque pour le dentifrice solide pour les enfants, c’est qu’il leur faut chacun le sien, sinon ce n’est pas terrible en période de rhume, gastro… Du coup je ne sais pas ce qui est le plus simple : un seul tube pour tout le monde (celui de Weleda est recyclable) ou chacun sa petite boîte de dentifrice solide ? Et là aussi, cela va être compliqué de trouver le dentifrice solide qui convienne à chacun. Je tâtonne encore pour mon aînée. Et le problème c’est que ces dentifrices durent très longtemps donc quand les enfants ne l’aiment pas, il ne reste que le compost. Ce qui n’est pas terrible.
Sinon chez nous aussi c’est le papa qui coince le plus surtout avec les shampoings alors que pour les enfants cela passe tout seul.

Merci pour votre partage d’expérience. De mon côté…
– savon solide (j’ai la chance d’avoir une soeur savonnière !)
– je n’ai toujours pas trouvé mon bonheur en shampooing solide malgré de multiples essais
– brosse à dent en bambou mais non supportée par mon conjoint. Du coup pour les enfants je suis restée dans du classique.
– je n’ai pas encore franchi le pas pour le dentifrice non plus
– je ne me maquille plus (solution radicale ahah) et j’utilise très peu de déo (solide)
– j’utilise des culottes menstruelles et elles m’ont changé la vie !
– côté pharmacie on reste dans le traditionnel tout en privilégiant les tisanes pour les rhumes hivernaux mais j’aimerais bien évoluer de ce côté-là également.

J’ai bien avancé mais j’ai encore du chemin à parcourir. Merci pour cet article qui permet de se reposer des questions et de voir aussi d’autres pratiques !

Comme tu dis ce n’est pas “aussi simple” que cela et le changement ne se fait pas sur un coup de baguette magique 😉
De mon côté, je suis passée au savon solide il y a quelques années maintenant mais tout le monde n’y arrive pas à la maison, donc pour ceux-là j’achète du savon liquide en grande quantité et je remplis les distributeurs que je possède depuis des années. Je testerai pour le prochain coup de laisser fondre du savon solide dans l’eau, il parait que ça fonctionne…
Par contre, pour le shampooing solide, je bloque (ce qui est finalement assez absurde) !
J’utilise des lingettes lavables depuis plusieurs années également.
Je veux me pencher sur la question des brosses à dents depuis un moment mais je ne trouvais rien de facilement accessible qui me convienne. En passant exceptionnellement au supermarché la semaine dernière, j’ai vu, comme tu le dis, que de grandes marques font maintenant des choses en bambou : je testerai donc. Concernant le dentifrice, il faut que je regarde aussi. Ce sera sans doute le prochain pas.
Et pour le nettoyage, je n’utilise que le vinaigre blanc (et un peu d’huile de coude), c’est amplement suffisant 😉

Good day . nicely . it’s fashionable now to be a waste fighter and all that. but one thing. Well, not so fanatical and why asceticism. there are many decent brands who are now switching to ECO plastic and refills. I personally didn’t when I didn’t fill up the bath with unnecessary products. But terribly nice to what I buy. Because we all love ourselves. and it is right . love for the world lies through ourselves. how do you live this is your planet. but everything is not so hard. Towels made from natural materials are great. But sometimes, for the sake of hygiene and cleanliness, it is better to use paper towels and it’s great that they are. because the fabric tends to collect bacteria, especially in the kitchen. and paper towels and napkins can be put and the earth in a pot of flowers as drainage .. and according to the rules of hygiene, towels must be individual and must be washed after each use. thank you the blog is very interesting and a lot of delicious recipes. I signed up with pleasure. and about the underpants .. pads .. it is better to use modern ones that retain moisture and odor. I remember how awful and uncomfortable it is to intimate things and need to be washed and dried. so tompaxes are bad every time only in the case of and it is better to buy pads for hygiene. we will return to them anyway.