Vivre à la campagne : Retour d’expérience

Vivre à la campagne

Bonjour à tous et toutes,

Cela fait dorénavant un an ma famille et moi avons déménagé dans le Gers et vivons à la “vraie campagne”. Nous habitons dans petit village d’une centaine d’habitants, à 50 km des grandes villes, n’ayant que des champs autour. C’était pour nous un choix de vie bien réfléchi, mais un choix qui n’avait pas été compris par notre entourage : “Aller s’enfermer dans sa cambrousse, pour quoi faire ? C’est juste bon pour les vacances ? “.

Avec le confinement n°1 puis n°2 (puis ce n°3 qui nous pends au nez..), les regards ont changés. Mes amies citadines me disent : “Je t’envie de vivre à la campagne, vous devez être tranquille. Et vous pouvez sortir quand vous voulez ! “ Mais en même temps quand je leur réponds que le premier cinéma est à 20 km, qu’il n’y a pas de “deliveroo” ou autre , il y a comme un blanc d’incompréhension…

J’avais envie, alors, d’écrire un petit billet de retour d’expérience sur ce qu’est la vie à la campagne tout au long d’une année. L’idée du billet n’est pas d’alimenter l’éternelle gé-guerre ville/campagne, mais juste d’expliquer que c’est un style de vie à part entière. De l’image que je me suis fait,  on a tous un mode de vie privilégié et il y a ceux qui ont besoin de la vie des villes, et ceux de la vie des champs.   Et entre apprécier quelques jours de vacances campagne et être prêt à y vivre 100ù du temps, il y a un fossé…

Juste avant, il me semble que beaucoup d’entre vous habitent aussi à la campagne. Donc n’hésitez pas à commenter, donner votre point de vue, votre expérience, que ce billet soit le plus complet et pragmatique possible. Vous pouvez vivre la chose tout à fait différemment et cela ne pourrait qu’être utile à tous d’avoir les différents points de vue. Merci par avance 🙂

****

I – La campagne au quotidien : L’organisation

On a l’image d’une vie à la campagne bien calme et pleine de quiétude, où l’on fait ce que l’on veut, quand on veut. En pratique, ce n’est pas le cas.

1 – Il est indispensable être bien organisé
Les commerces ne sont pas à proximité et les horaires sont bien réduits vis à vis des villes : à 18H voir 19H, il n’y a plus rien d’ouvert. La notion de “course de dernière minute” n’existe donc pas à la campagne. A côté, les “services” comme les banques, la poste, les pharmacies ne sont ouverts qu’en semaine ou que le samedi matin, donc il faut prévoir à l’avance de s’y rendre. Enfin, les marchés ne se tiennent qu’une fois par semaine, un jour fixe, des heures fixes, donc il faut “se bloquer” le créneau pour y aller. L’organisation de sa semaine, de ses courses est donc indispensable.

 

2 – La voiture est tout aussi indispensable, car rien n’est à proximité.
Que cela soit les petits commerces, les boulangeries, les marchés, les supermarchés, les médecins, les magasins de bricolage… rien n’est accessible sans voiture. C’est encore pire pour les cinémas, théâtres ou grands commerces qui ne sont souvent dans les grandes villes à des dizaines de kilomètres. Alors, même je déteste conduire, aurait largement préféré arrêter la voiture par raison écologique… j’ai bien dû vite apprendre à conduire sur des petites routes de longues distances, qu’il pleuve, neige et vente.

 

Apprendre à conduire sur de telles routes..

 

3 – Si on travaille en ville, il faut accepter les longs temps de transport.
Vivre à la campagne c’est se mettre à grande distance des villes et donc parfois le “payer” en temps de trajets pour le travail. Pour donner mon exemple, je suis à 1 heure de voiture (aller) de mon lieu de travail s’il n’y a pas de bouchons, jusqu’à 2 bonnes heures (aller) en cas de bouchons. Pour les éviter je dois passer avant 7H15 le matin et après 19H le soir. Cela m’impose de longues journées voiture-boulot-voiture-dodo où je ne vois quasi pas ma famille. Le télétravail a un peu chargé la donne quelques jours par semaine, mais n’empêche pas encore des journées voiture-boulot-voiture-dodo.

****

II- La campagne au quotidien : Savoir se débrouiller

En ville, il y a une forte présence de services pour le quotidien qui peuvent aider quand on n’a pas le temps, rencontre un petit pépin, ou tout simplement a la flemme. A la campagne, il est indispensable de savoir se débrouiller et faire le plus de chose soit même..

4 – Les services de livraisons à domicile de repas n’existent pas.

Donc si le soir vous n’avez pas envie de cuisiner… et bien soit vous avez été prévoyants et sortez quelque chose du congélateur/des bocaux, soit vous vous y mettez quand même. Une des conséquence est qu’à la campagne on a toujours les placards pleins et une bonne liste de recettes minutes. ^^

5 – Les services de réparation sont un dernier recours

En ville, on a souvent tendance à penser à faire appel à des réparateurs pour tout petit pépin du quotidien. A la campagne, le peu de réparateurs qui existent sont très souvent sur-bookés. En conséquence, avant d’appeler, on se débrouille, on rafistole, on apprends à réparer, bricoler, ou encore on connaît le voisin qui sait réparer. On a tous quelques notions, au cas où..

(cet été, stand réparation de volets)

 

6 – Le remplacement d’un électroménager( ou autre) prends du temps

Quand un “indispensable” tombe en panne (par ex l’électroménager) et qu’il faut le racheter, il est impossible d’aller immédiatement en magasin, et encore moins de se livrer. En effet, les premiers grands magasins sont souvent à grande distance donc inaccessibles un soir à l’improviste. De plus, le village peut souvent être au delà de la zone de livraison autorisée (généralement c’est 30km). Dans ce cadre, on apprends vite à : 1) Négocier avec son responsable au travail pour prendre un jour de congé en urgence 2) Savoir qui a une camionnette et peut vous la prêter, ou si un supermarché pas trop loin propose de la location de véhicule. 3) Apprendre à tout monter soit même.

7 – On est les derniers rétablis en courant/internet/eau

Après les tempêtes, s’il y a une coupure de courant / internet / eau, ne vous attendez pas à être remis en service dans l’heure. Non. On êtes en bouts de ligne, EDF et autres services ne passeront qu’en dernier. J’ai souvenir de l’année dernière suite à une tempête, après 36H de coupure, EDF a installé un groupe électrogène de secours pour alimenter le lieu-dit pendant 1 semaine, avant de pouvoir rétablir le courant.

8 -Les médecins/urgences sont un dernier recours

En cas de petit “bobo” du quotidien, on apprend à faire d’abord avec les “remèdes de grand mère”. En effet, les médecins (quand il y en a) sont tous en surcharge de rendez vous, les urgences peuvent être loin (1h dans notre cas), donc pour un “bobo”, on se débrouille. Pour en avoir discuté avec les voisins tout le monde connaît la tisane de thym et de sauge pour les bobos d’hiver, et donc a son carré “médicinal” dans le jardin. On laisse passer les mal de crâne au calme, les coups de marteau sur les doigts avec la glace, et on ne va au urgences que quand on ne peut pas faire autrement.

 

Srrop de thym

****

III – A la campagne : Savoir s’occuper

9 – Les soirées se passent naturellement à la maison
Contrairement aux villes qui ne se couchent très tard, à la campagne, il n’y a quasiment pas de cafés ou restaurants ouverts en soirée; et encore moins de commerces, de cinémas, de théâtres.. (Donc autant dire que la notion de couvre feu à 18H se vérifie vite tous les jours.). En conséquence, on s’occupe en soirée en famille (ou entre voisins hors période covid) : ce soit des soirées télé-streaming, des temps pour lire, pour discuter, ou alors des petites sorties dehors les belles soirées d’été. Le contexte peut légèrement changer en période estivale, lorsque des spectacles touristiques sont montés, mais le reste de l’année c’est très très très calme.

destinations vacances été peu prisées : le gers 

 

10 – Et le week-end, on s’occupe avec des plaisirs simples car il n’y a pas les distractions de la ville.
Et oui, pas de cinéma, de spectacles, de salle de sport, de piscine, de jardin d’enfant, dans nos tous petits villages..  Alors on s’adonne préférentiellement aux petits plaisirs simples : la cuisine, le potager, le jardin, le bricolage, la pêche, les jeux dans le jardin, les balades nature... Vous pouvez demander à tous nos voisins, nous sommes tous occupés le week-end tantôt au jardin, tantôt au potager, à bricoler, à cuisiner. Les enfants connaissent les meilleurs spots à cabane du coin,  ainsi que les spots à grenouilles. Et tout le village a des chaussures de randonnées pour aller marcher dans la campagne.

****

IV – Être à la campagne, c’est aussi vivre ensemble

On s’imagine souvent que vivre à la campagne représente l’isolement complet. Ce n’est pas tout à fait le cas..

11 – Les bruits de la ville sont remplacés par les bruits de la nature et de l’agriculture.
Nombres citadins ont souvent l’image que la campagne est le silence. En fait, ce n’est pas cela. Certes, il n’y a plus le bruit des voitures, des travaux, de la foule qui marche et qui papote .. mais ce n’est absolument pas silencieux. Au printemps, les oiseaux et les grenouilles piaillent une bonne partie de la journée – ce qui met l’ambiance lors des réunions de télé-travail – . En été, les chouettes hurlent toute la nuit. Tout au long de l’année, les cloches sonnent toutes les heures, les coqs du village chantent n’importe quand (et pas uniquement lever du soleil), les chiens de chasse des chasseurs aboient… . Enfin, le bruit des tracteurs ou autres engins agricoles se fait entendre d’un bout à l’autre de la vallée lors des périodes d’activités, de 6h à 23H.
La campagne est pleine de bruit, des bruits de vie..

12 – Il faut cohabiter avec les autres habitants des champs et des bois
Je vous parlais du bruit de la nature.. mais il y a tous les petits désagréments liées aux animaux sauvages. Certes les chevreuils sont mignons, mais ils adorent boulotter les arbustes nouvellement plantés dans votre jardin (qui est trop grand pour être grillagé). Les sangliers que traversent parfois les champs en harde en ravageant tout, ou passent sur route tôt le matin (auquel cas, vous attendez longuement qu’ils passent.. (vécu) ). Il y a aussi les nombreux insectes – dont des tiques – dégustent vos bras et gambettes dès que vous sortez à la belle saison. Il y a encore les araignées qui trouvent l’été que votre maison est un coin tout à fait sympa. La nuit, les chauves souris et les chouettes peuvent aussi vous rendre visite si vous ne fermez pas les volets. Et oui, on est pas seuls.

****

V – Vivre à la campagne : Quels avantages ?

Vous penserez sans doute que le tableau est un peu noir jusque là et qu’il n’a pas grands avantages à vivre à la campagne. Et pourtant si :

13 – Il n’y a aucun problème de place comme dans la maison comme dans le jardin!
Le prix de l’immobilier n’a rien à voir avec les villes et l’on a vite des maisons et/ou des terrains bien grands. Dans les tous petits villages, où il n’y a pas de lotissement modernes, les habitations sont souvent des vieilles maisons ou vielles fermes de superficie très importante. Quand nous avons cherché, tout était “trop grand” par rapport à nos besoins, avec pièces en excès. Depuis… nous avons grandement apprécié lors du premier confinement de pouvoir transformer une pièce en salle d’école (devenue salle de jeu depuis…), et une pièce télé-travail (qui elle est restée). Dans le jardin, nous ne rencontrons plus le problème de savoir si un arbuste rentre mais plutôt comment peupler le jardin.

(le futur jardin, l’année dernière)

 

14 – L’accès direct aux produits locaux est très facile
Avec les champs juste à côté, les éleveurs pas loin, les nombreux artisans des petites villes, les marchés, on trouve vite des produits alimentaires locaux et d’excellente qualité. Certes ils sont plus chers qu’en supermarché, mais n’ont rien à voir en goût. En arrivant dans le Gers; on s’est tous pris une “claque gustative” en famille et sur tous les plans (fruits, légumes, viande, miel, fromage,..). Le plus fun dans l’histoire est que l’on sait où se trouve quasi chaque producteur auquel on se fourni.

 

15- C’est presque “vacances à la maison” les jours de week-end ou de congés.

Contrairement aux villes, il n’y a pas besoin de prendre la voiture pour voir de la nature, prendre un bol d’air et se sentir en vacances. On met ses chaussures, sort dans le jardin ou au delà du village et nous voilà dans les champs. A ce moment, le travail n’existe plus, les soucis peuvent s’apaiser quelques minutes. On se trouve ailleurs. C’est un luxe que – de mon côté – je n’ai pas fini d’apprécier…

 

16 – On est “tous ensemble” habitants du village.
Dans nombres villages, des collectifs s’organisent pour mettre un peu d’animations et faire des choses ensemble. Dans le notre, on nous avait parlé des nombreuses fêtes organisées tout au long de l’année. L’année dernière elles n’ont pas eu lieu avec le covid 19, mais quand il y a eu un relâchement des restrictions sanitaires, des marches en plein air ont été organisées. J’étais surprise à chaque fois de voir la présence des jeunes, des personnes âgés, des habitués comme des nouveaux venus. Aujourd’hui, même avec le covid, on se connaît presque tous.

vivre à la campagne : sorties de village

(marche de Noël au village)

***

Voilà, mon petit retour d’expérience sur le “vivre à la campagne”,  retour que j’ai voulu le plus réaliste possible. Comme vous l’avez sans doute compris, vivre à la campagne n’est ni un rêve, ni un cauchemar, juste un “style de vie” pour lequel on peut être “fait pour” ou non. Qu’en pensez vous ?

 

Et surtout, si vous habitez vous aussi à la campagne, n’hésitez pas à commenter, donner votre point de vue, votre expérience.

Le billet gagnerait beaucoup à être enrichit des points de vue de chacun. Merci ! 🙂

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Si vous avez envie de partager le billet sur les réseaux : -- Twitter -- Facebook -- Pinterest --
Étiquettes:
S’abonner
Notifier de
7 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Par expérience personnelle, je pense qu’il faut envisager de revenir au plus près d’une ville
de moyenne importance à l’approche de la retraite. En retraite depuis 14 ans et veuve depuis 8 ans, la campagne sans transports en commun, sans commerces, sans médecins devient un véritable problème.Penser également à revenir à un logement plus petit, sans jardin à entretenir.
l’entraide a ses limites quand tout le monde vieillit.

Oui il y a bien des choses justes dans l’article et le message dessus. Pour ma part je travaille en ville à 150 km de mon domicile et y ait un pied à terre ou je vis du lundi au vendredi,en cœur de ville et je passe le reste en pleine campagne dans un hameau de 10 maisons à une vingtaine de km d d’une ville moyenne du sud-ouest… pour être tout à fait honnête , c est un genre de vie assez fatigant mais très riche car je prend le meilleur de chaque lieu.quand on vit à la campagne sans conteste ,il faut anticiper sur tout et s organiser.. et apprendrez ne pas vouloir tout .. tout de suite… donc comme le dit l article faire avec et se débrouiller avec ce dont on dispose…. ceci dit quand on vit dans une grande ville , on n a pas non plus tout sous la main, j’ai vécu dans une grande ville du Sud … la question du transport n est pas négligeable… donc en effet , il faut prévoir, anticiper et ne pas hésiter à sauter dans la voiture pour faire 20 km pour aller chercher ce dont on a besoin en urgence… après, on ne va pas au ciné ou au théâtre tous les jours.. ce qui me manquerait le plus c est le café en terrasse… mais les journées expéditions courses en ville ce n est pas déplaisant non plus ..et puis pour les livraisons il y a les achats sur internet y compris l electomemager … je reconnais qu internet et toute les démarches qui peuvent être réalisées à partir des sites ont sacrément changé la vie des campagnards.. et c est vrai que le week end ou pour les petits congés on est comme en vacances… avec un grand jardin , la nature et pas de voisins… un peu isolés certes mais pas plus seuls qu en ville… au fond..

je ne suis pas faite pour la campagne en dehors de quelques jours pour se reposer mais certainement pas à l’année, c’est un leure il me semble de penser que la vie est plus douce..;j’habite en centre ville, je n’ai pas besoin de voiture (je n’en ai plus), j’ai le marché tous les jours à vraiment 2 pas, tous les commerces, services, et m^me gares tout à proximité, du monde tout autour pour ne pas vivre l’isolement des campagnes, en 1′ j’achète mon pain ou tout autres courses quotidiennes,voir les enfants et petits enfants sans contrainte de temps et de trajet, les jours de repos ici nous pouvons facilement nous croire en vacances car la mer est là, la campagne et la montagne toute proche,
je pense qu’il faut être né à la campagne ou à la ville pour supporter et apprécier l’un ou l”autre !!

Citadine d’origine, ma vie à la campagne depuis près de 30 ans est un véritable bonheur. Mais l’âge venant, c’est vrai qu’il va falloir se résoudre à se rapprocher à nouveau d’une ville et ce sera un véritable crève-coeur. Alors pour le moment j’en profite et je vais d’ailleurs aller de ce pas faire une grande balade avec ma chienne au soleil et à la rencontre des chevreuils !

Bonjour Au fil du thym
Je dirais que comme tout ce qui devrait être , la vie , que ce soit en ville ou à la campagne , c’est
d’abord UN ETAT D’ESPRIT !!!!!

  • Comme pour toute chose, il convient avant tout de bien se connaitre !
  • Il faut chercher , savoir ce que l’on veut pour soi , pour son bien être!!!
  • Quel mode de vie nous convient !
  • Etablir nos besoins donc ce que l’on peut ou pas avoir !!
  • Puis mettre en place nos priorités , ce dont on ne peut ou veut se passer et que l’on ne serait
  • différer .
  • Tout est affaire de choix!! Dès lors , chacune, chacun se sentira à sa place là où elle ou il est !!
  • Concernant le fait de se sentir seul ou pas , là encore, c’est une question de …mentalité !!
  • On peut se sentir bien seul au milieu d’un entourage familial ou d’une foule !!!
  • A contrario , on peut se sentir LIBRE, seul et isolé !!!
  • Car se sentir seul c’est à l’intérieur de soi que cela se passe !!
  • Qu’est ce qui fait que l’on se sent seul à l’intérieur de nous !!
  • Il faut faire remonter tout ce qui bloque et génère ce sentiment …
  • Il ne faut pas oublier que tout ce qui ne s’exprime , s’imprime !!!
  • Et notre corps est un bon réceptacle !!
  • Etre bien, c’est être Libre (dans sa tête comme dans son corps) !
  • J’espère vous avoir un peu aider !!
  • Bonne fin de semaine
  • Enjoy