Histoire de nos expressions culinaires (1)

 

Quand je parle de cuisine ou d’alimentation avec des amis ou des collègues, beaucoup la considère comme quelque chose de relativement peu important, à laquelle ils n’ont pas forcément envie de dédier beaucoup de « temps de cerveau ». Mais avez-vous déjà remarqué la place qu’elle prends au travers de toutes nos petites expressions « culinaires » ? Du pédalage dans la choucroute au fait d’avoir la frite, qui ne lâche pas ces expressions sans même s’en rendre compte ?

Pour l’amusement, je vous présente dans ce billet un petit florilège de nos expressions favorites et de leurs origines :

  • Quand on a des difficultés ou l’on réalise quelque chose d’inefficace, nos plats traditionnels en prennent pour leur grade : On « pédale dans la choucroute » (voir «dans la semoule »), « on ratatouille », voir on « nage dans le chocolat ». L’expression « pédaler dans la choucroute » viendrait du monde du cyclisme et serait utilisée pour désigner un coureur à bout de forces. Pour la ratatouille, l’expression est surtout utilisée dans le milieu auto/moto.
  • Et quand tout va bien on a « la patate », « la frite » ou « on a la pêche ». Il semblerait que ce soit la forme arrondie de la pomme de terre ou du fruit qui ont inspiré ces expressions : être bien rond/être bien en forme. Pour la frite, l’origine serait un peu (voir beaucoup) plus grivoise.

Frites de patate douce au four - accompagnement facile et rapide

  • Quand on est trop gentil, on devient « une crème, « une bonne pâte ». Ces expressions se rapporteraient au côté à la facilité de travailler ces ingrédients (pâte à pain par exemple), de le modifier et de lui donner l’aspect que l’on souhaite.

Crème dessert au caramel faoçn crème nadette

  • Pour continuer avec les pâtes, on « vit comme un coq en pâte » quand on vit dans un environnement agréable et douillet. Il y a quelques siècles, le coq étant un animal de basse cour avec beaucoup de valeur, que l’on transportait dans les foires avec beaucoup d’attentions, dans un panier, ce qui donna naissance à l’expression « être comme un coq en panier ». Le terme pâte est ajouté autour du XVIIe siècle, en référence à un mets de choix.. le pâté en croûte ! En effet, pour faire un bon pâté en croûte de bons ingrédients sont nécessaires, et donc un coq en bonne santé et bien traité.
  • Un peu d’attention et d’amour ? Allez, si l’on souhaite réaliser quelque chose de bien, on le réalise « aux petits oignons ». Cette expression proviendrait du concept de rajouter des oignons frais dans un plat, ce qui relève fortement le goût. Depuis le XIXe siècle, cette expression signifie « prendre soin de ».
  • L’amour et la vie en ménage n’étant pas forcément un long fleuve tranquille, il nous arrive d’en « faire tout un plat » , « faire tout un flan » ou de « faire tout un fromage » c’est-à-dire de réagir de manière exagérée ou de déclarer la guerre pour de petites choses. Pour le fromage, sachant les multiples opérations qu’il est nécessaire pour réaliser un bon fromage, on comprend aisément l’origine de l’expression. L’expression « faire un flan » daterait du XXe siècle et ferait référence à une locution picarde « flan de beue » = flan de boue c’est-à-dire faire quelque chose d’inutile.

  • Quand la situation est heureuse, notamment sur le plan financier, on peut « mettre du beurre dans les épinards ». Cette expression serait récente et originaire de l’argot. Le beurre est un ingrédient associé à la richesse (en matières grasses notamment), tandis que les épinards tous seuls, sont clairement difficiles à avaler. Étrangement, l’argent à beaucoup de synonymes culinaires : l’oseille, le blé, le radis, les patates, etc
  • Quand on a des bons amis, on « est copain comme cochon » , on « s’entend comme des cochons de foire » Pourtant les cochons ne sont pas forcément très sociables. En fait, le terme « cochon » proviendrait du mot soçon (lui-même parfois modifié en chochon) qui voulait dire « camarade, associé ». Autre expression pour la franche camaraderie : « être comme pain et beurre », inséparables pour une bonne tartine.

 

 

  •  Pour terminer ce petit tour des proverbes, je vous promets que non, je ne vous « raconte pas de salades » : La salade se définit comme un mélange de plein d’ingrédients d’origine diverse, le plus souvent joliment dressé, que l’on gobe sans trop se poser de questions. Pour un discours, c’est pareil, si l’on mélange du vrai, du faux du n’importe quoi, mais que l’on lui donne une jolie apparence, c’est facile à faire avaler 😉Salade de navets boule d'or râpés (en sucré salé)

 

Sources pour mon article :

http://lafeedulogos.blogspot.fr/2012/01/etre-bonne-pate.html

Expression : Être comme un coq en pâte


http://www.expressions-francaises.fr/expressions-f/2724-faire-un-flan.html
http://www.expressio.fr/expressions/mettre-du-beurre-dans-les-epinards.php
http://www.expressio.fr/expressions/copains-comme-cochons.php

Source de l’image d’en tête :
Dessin de Valérie Michaut, Copains comme cochons, Editions Cartes d’art.

Enregistrer

Print Friendly, PDF & Email

Si vous avez envie de partager le billet sur les réseaux : -- Twitter -- Facebook -- Pinterest --
S’abonner
Notifier de

3 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

J’aime dire que je suis « chocolat » au lieu de dire que je suis marron 😉

Bonsoir
Je trouve dommage, quand on s’intéresse – comme vous, visiblement – à la cuisine et aux expressions françaises, de ne pas connaître l’orthographe d’un mets.
Mais je mets ceci sur le compte d’une coquille, laquelle a toute sa place en cuisine !
« Bonne continuation »