A la découverte des fleurs des champs (3)

A la découverte des fleurs des champs (3)

Bonjour à tous et toutes,

Alors qu’a priori la journée sous réserve un temps pluvieux à tour de rôle dans toute la France, que diriez vous de partir en balade dans la campagne par écran interposés ? Nous pourrions retourner à la découverte des fleurs des champs dans la campagne gersoise ? Si vous vous souvenez, nous avons déjà réalisé quelques petites sorties dans les limites du confinement :
* épisode 1
* épisode 2

Vous l’avez sans doute remarqué lors de vos rares sorties, le printemps a bien avancé. Les arbres se sont couverts de feuilles, de nouveaux arbustes se sont parés de couleurs, et l’étage des “herbes” a bien élevé sa hauteur entre deux éventuels passages de tondeuse. La vitalité de la nature est tout à son comble.. e notre confinement lui laisse toute liberté de s’exprimer. Les fleurs et les coquelicots sont dix fois plus nombreux, les butineurs s’éclatent, les oiseaux sont revenus dans nos jardins.. comme si la nature reprenait enfin la place qui devrait lui revenir..

Chez nous, dans la partie du jardin que l’on laisse en friche, ou dans le petit chemin agricole qui accueille notre mini promenade quasi journalière, chaque sortie révélè de nouvelles espèces de fleurs. A vrai dire, il m’en difficile de suivre le rythme des apparitions tellement il y en a. C’est l’époque où tout chasseur de fleur doit prendre son courage à deux mains, et bien s’organiser pour suivre la cadence. ^^

Je pourrais commencer cette découverte fleurs des champs par vous  présenter les magnifiques églantiers, versions sauvages de nos rosiers, qui se parent de fleurs teintes de porcelaine. Dès qu’il y a de la mi ombre, ils lèvent leurs branches vers le ciel en offrant une sérénade de roses. Pour l’anecdote, savez vous que les fruits des églantiers se consomment ? Appelés Cynorrhodon (ou gratte cul pour la version plus paillarde 😉 ), ils peuvent se être utilisés en une délicieuse confiture

 

Dans les arbustes, les fleurs ne sont pas en reste. Il est venu de le temps de l‘aubépine et de ses grappes de fleurs blanches très appréciés des butineurs. C’est un petit arbre qui a tout son charme pour la déco des jardins et pour favoriser la biodiversité. Il a aussi ses vertus médicinales, à tel point qu’il est planté depuis l’antiquité. Il paraitraît d’ailleurs qu’une branche d’aubépine effeuillée serait l’arme parfaite pour transpercer le coeur des vampires [source : wikipédia]

 

En parlant de fleurs, savez vous que les arbres aussi fleurissent ? Ces floraisons sont plus espacées (pas tous les ans) et plus discrètes car dans des couleurs moins vives, mais elles sont là. Ci dessous, je vous présente un  et à gauche un joli saule (marsault ?) et à  droite  vénérable chêne sessile qui a fleuri à hauteur raisonnable,

 

Je vous parlais des jardins, et vais donc vous évoquer le mien où pour des raisons de temps, la tondeuse n’a pas été passée depuis le début du mois. C’est l’occasion de mettre le nez dans l’herbe découvrir toutes les malicieuses plantes adventices. Peut être dans le vôtre aussi avez vous aussi remarqué l’apparition d’un étonnant trèfle aux feuilles à pois noir. Ce n’est pas tout à fait un trèfle mais de la luzerne d’arabie, luzerne qui -comme le trèfle – appartient à la famille des pois. Ce sont des plantes souvent utilisées en engrais vert.. alors peut être la laisserez vous pousser un peu plus qu’elle enrichisse votre jardin ?

découverte fleurs des champs : Luzerne d'arabie

 

Dans les petites fleurs jaunes des friches et bords de route, peut être avez vous aussi rencontré celle-ci. Il s’agit de l‘hippocrépide à toupet ou fer  cheval. Elle se reconnait facilement car c’est la seule de la famille des pois avant une disposition de 4-7 petites fleurs  en ombelle, en rond au bout de leur tige. Le nom de “fer à cheval” ne viens pas des fleurs mais de la forme de la gousse (contenant les graines) qui est échancrée sur la fin et adopte une forme de fer.

 

découverte fleurs des champs : Hippocrépide à toupet

 

Si nous nous rapprochons des bords de champs, nous pouvons parfois apercevoir des petites tâches de rose. Il s’agit du minuscule géranium découpé, qui tire son nom de la forme de ses feuilles très découpées. J’admets, il faut mettre genoux à terre pour le trouver  😉

 

Un tout petit peu plus loin, vous reconnaîtrez sans doute le célèbre myosotis des champs (“ne m’oublie pas”). Cette jolie fleur bleu appartient à la famille des bourraches, ces plantes à fleurs bleues souvent prisées pour la déco des salades. Cette variété de myosotis “des champs” s’identifie par la présence de nombreuse soies crochues sur la tige, lui donnant un aspect velu. D’ailleurs, saviez vous que nombreuses fleurs ont des poils sur les tiges, les feuilles ? Cela  nous fait revoir la notion d’ in-esthétisme du poil, ne trouvez vous pas mesdames 😉

 

Quelques pas plus loin, juste à côté, une tâche rouge attire mon attention.. et je découvre avec étonnement une fleur qui m’est inconnue, entre la renoncule et le coquelicot. Il s’agit de l’Adonis d’été, effectivement une fleur de la famille des renoncules,  protégée en France.

découverte fleurs des champs : Adonis

 

Continuons la balade en passant à côté de touffes de grandes herbes, où nous pouvons découvrir le salsifis des prés. Elle ne se mange pas mais produit de jolies fleurs jaunes façon marguerites, qui égaient les zones herbeuses. Une fois la floraison finie, ces fleurs se transforment en boule voluptuese comme des pissenlits, avec des d’akènes d’un brun clair. J’essayerais de vous en trouver une 🙂

 

Restons dans les fleurs jaunes pour retrouver une fleur typique du Sud Ouest (je n’en trouvais pas en Drôme), l’Urosperme de Daléchamp. Pour le nom alambiqué, il s’explique en deux points :  A) Urospermum signifie en grec que la graine se termine par une sorte de “queue”élargie”; et effectivement, avant de fleurir, elle forme un gros renflement. B)   Jacques Daléchamps auquel est dédiée l’espèce, était un médecin naturaliste du XVIe siècle [source : wikipédia] Voilà comme on crée un nom de plante impossible à retenir 😉

découverte fleurs des champs : Urosperme de Daléchamp

 

Je relève la tête.. tiens, un truc sympa.. Oups, cela ce n’est pas une fleur mais le “sauf conduit” de la balade, tout à fait content de se dégourdir des pattes :p

 

 

Un peu plus loin dans les champs et les bords de champs, la symphonie dorée des renoncules à débuté. Enfant, je les appelais “bouton d’or“, mais dès qu’on cherche sur les sites spécialisés on découvre que le “bouton d’or” désigne une unique sorte de renoncule, et que ces renoncules sont très variées ! A vrai dire, je galère encore pour identifier qui est qui, la détermination se jouant sur la forme des feuilles. La seule qui me reste facile est la “renoncule rampante” qui, comme son nom l’indique rampe sur le sol. Elle produit des stolons comme les fraisiers ^^

 

Terminons le chemin en atteignant le dessus de la colline et un coin un peu plus sec. Depuis la mi avril, c’est une symphonie d’Orchis de tout genre qui fleurit progressivement. Vous pouvez vous en dessous, de gauche à droite

  • les minuscules orchis homme pendu, reconnaissables à la forme du pétale inférieur évoquant justement un pendu
  • Les orchis pourpres qu’on ne présente plus
  • Et enfin les orchis araignée où les dessins du labelle (pétale rouge) forment une araignée

 

Dans ce coin sec, les orchis sont abrités par les immenses Spartiers : dérivés du genêt mais sans épines, classiques des milieux chauds.

 

Tout récemment, en bas de la colline et  lorsque l’on retrouve vers la maison, on peut dorénavant apercevoir les robiniers faux acacia en fleurs.Si vous avez suivi les posts précédents autour des fleurs des champs, peut être remarquerez vous que la forme de ces fleurs est similaire aux vesces, et donc aux plantes de la famille des pois. Nous avons effectivement ici le pois version arbre.  Pour l’anecdote, cet arbre est couramment nommé acacia, mais c’est un abus de langage : l’Acacia désigne une famille d’arbres sont fait partie le mimosa ou le tamarin (mais auquel n’appartient pas le Robinier..). Pour l’anecdote, le nom “acacia” viens du grec “akis” signifiant pointe ou épine, ces arbres ayant souvent des épines sur le tronc ou les branches. L’objectif est de se défendre des herbivores (cerfs, biches..) , ces derniers adorant déguster les jeunes pousses de ces arbres 😉

 

Et enfin je ne peux terminer cette balade dans évoquer nos si adorés coquelicots qui ont commencé leur apparition dans les champs et les bords de route. Les coquelicots sont des fleurs  très sensibles aux pesticides, donc présence de coquelicots signifie que la terre n’est pas si polluée. Mais saviez vous que ce que l’on peut parfois identifier comme un  “coquelicot” peut regroupe plusieurs espèces ? Je vous présente juste en dessous, à gauche le “vrai” coquelicot et à droite  (il me semble) le “pavot d’orient” . La nuance se joue sur le cœur de la fleur où l’on peut apercevoir des tâches noires au centre. Ce dernier a été importé dans les jardins et depuis fait son petit chemin dans la campagne..

 

Voilà, une petite balade dans les chemins de campagne,à la découverte fleurs des champs, tout en respectant les limites du confinenement. En espérant qu’elle vous a plu, je vous souhaite une belle journée !

 

Print Friendly, PDF & Email


S’abonner
Notifier de
guest
5 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Claudine

Merci pour cette belle balade; c’est vrai qu’en ce moment la nature est magnifique, moi aussi à la campagne j’en profite.
Bonne semaine
Claudine

Hélène

Merci , je découvre votre blog ( en cherchant une recette avec des pois gourmands), et c’est un plaisir de trouver en plus plein de petites infos écolo et de faire un tour au milieu des fleurs sauvages! Vivement les balades en pleine nature!! Merci pour ce joli site.

Chloë

Merci pour ces belles photos et pour nous permettre de mettre un nom sur toutes ces fleurs qu’on côtoie sans pouvoir les nommer !


5
0
Si vous avez envie de commenter, cliquez ici ;)x
()
x