A la découverte des fleurs des champs

A la découverte des fleurs des champs

Bonjour à tous et toutes,

Tout s’oriente vers un confinement prolongé.. alors que diriez- vous aujourd’hui d’une bonne balade dans les champs par écrans interposés ? Je vous propose de partir à la découverte des petites fleurs qui peuplent le bord de nos chemins de campagne, celles qu’on ne voit pas toujours ou auxquelles on ne prête pas attention. 🙂

Ce printemps est étrange car en arrivant dans le Gers, je m’étais fait une joie de battre la campagne pour aller dénicher les fleurs de printemps. Mais avec le confinement, point de grande balade, point d’escapade à vélo. Nous nous contentons du jardin à retaper ou d’une toute petite sortie des fauves une fois par jour sur le chemin agricole à côté de la maison et n’allant à pas plus de 500m.  Et on se sait extrêmement bien chanceux vis à vis des citadins ( même si le prix à payer a été/sera de 2H de trajets/jour pour moi en temps “normal”..) .

Néanmoins, la Nature reste généreuse car même du rebord de la maison ou dans le jardin en friches, on peut trouver nombre de ces “sauvages”. Avec le début du printemps, pour peut que l’on mette le nez dans l’herbe, c’est un ballet de couleurs et de formes qui se présente.  En plusieurs sorties, j’ai pris le parti de vous attraper quelques photos vous emmener à la découverte de ces fleurs des champs. Elles sont très précoces ici dans le Sud, alors si vous habitez plus au nord, sans être pourrez vous les voir en vrai un peu plus tard quand le confinement sera fini. Mais venez, installez vous devant votre écran, nous partons à leur rencontre 🙂

 

****

Commençons d’abord par une touche de jaune que nous apercevons depuis mi février dans les champs, j’ai nommé le chou potager. Vous imaginez qu’un chou fleuri ainsi ? Ce dernier est cultivé sur les parcelles de céréales dans l’objectif d’alterner les cultures sans épuiser les sols.

Tout au pied du chou potager, si on y prête attention, on peut voit pousser des touffes verdoyantes aux tiges étoilées.. et parfois ornées de petites étoiles violettes. Il s’agit de la rubéole des champs ou “Sherardia”. Elle adore les terrains bien exposés et secs, bronzant bien au soleil. Le violet ne me semble très courant dans les fleurs rampantes.. Vous avez connaissance d’autres fleurs ?

 

Juste à côté, pousse une jolie touffe ornée de rose. Il s’agit du fumeterre officinal. Il existe différentes sortes /couleurs de fumeterre, mais celui-ci est le seul à être réputé pour ses propriétés médicinales. A priori, il permettrait l’élimination des toxines.. La nouvelle star de la détox ?

Fleurs des champs : le fumeterre

 

Sur le bord des champs ou les terrains un peu oubliés, vous pouvez apercevoir des touffes d’épis noirs surmontés de blanc. Ils ne sont pas sans évoquer les planètes, non ? Il s’agit du plantain lancéolé, dont le nom est tiré de la forme de lance de ses feuilles. Il s’appelle aussi  herbe à cinq coutures car les feuilles ont 5 nervures.  La plante entière est comestible, avec des feuilles amenant un goût de champignon. Qui l’aurait cru ?

 

A côté du plantain, en épi rouge, on peut dores et déjà trouver les premières pousses de l’oseille des prés. Grand mère de notre oseille des jardins, elle se mange aussi, même si aujourd’hui elle a plus un statut d’envahissante. A l’été, elle aura de grands épis plein de graines qui adoreront se semer dans tout les petits recoins de la campagne..

 

Dans le pré abandonné qui borde le petit chemin, j’ai vu depuis mars de nombreuses tiges pousser mais sans dévoiler leurs charmes. Sous les prémisses du printemps, les  délicates fleurs de lin bleu sont apparues. Ce sont des fleurs des champs adorées par les abeilles que l’on peut facilement semer dans son jardin. Elles tanguent au gré du vent et égayent les terrains de leur jolie couleur bleu ciel. Une merveille devant laquelle j’espère pouvoir m’attarder en mai juin 🙂

Au bord de ce petit pré, dans un coin sec et exposé, il ne pousse pas que des fleurs des champs. Les graminées sont de sorties. Je vous présente la laîche de Haller, reconnaissable par sa petite taille et ses épis jaunes. Plutôt jolie, non ?

 

Revenons en bord de chemin, là ou pousse de l’herbe. Nous pouvons découvrir les jolies tâches bleu de la véronique d’Autriche. L’espèce “Véronique” rassemble une belle quantité de plantes, dont la plus connue de nos jardins et des parcs de nos villes est la “véronique petit chêne”. Vous devez vous souvenir de ce petit machin rampant avec des petites fleurs bleues, c’est la elle ! La véronique d’Autriche se distingue par une inflorescence en épi et des couleurs plus prononcées. Elle commence tout juste à fleurir dans le Gers, j’essayerais de vous la prendre en photo une fois totalement en fleur.

 

Un tout petit morceau de notre chemin passe un petit bout de ruisseau. En laissant traîner le regard par terre  dans ce coin humide, on peut dénicher une étonnante couleur violette, presque une forme de gueule.. Je vous présente la lathrée clandestine. Cette fleurs des champs pousse en meute, la gueule ouverte, comme semblant vouloir gober les rayons de soleil. Je la trouve rigolote, pas vous ?

 

A côté, sous un arbre, on peut découvrir d’autres petites touches violettes :  la violette odorante. Saviez vous qu’il existe différentes sortes de violettes : la violette blanche , la violette hérissée avec des poils, la violette suave plus claire, celle de Richer perchée sur une tige. Pour les identifier, par le choix, il faut mettre le nez dans l’herbe 😉

Sur le bord de notre chemin, que ce soit à l’aller ou au retour, pousse aujourd’hui d’autres jolies touffes blanches. Il s’agit de la céraiste des champs, une délicate fleur blanche que l’on peut trouver partout en France. Je m’émerveille à chaque fois de la scintillante de ses pétales, qui donne une touche de magie . Elle fleurit pendant tout le printemps, donc sans doute pourrez vous la découvrir plus tardivement.

 

Un peu plus loin, à proximité des arbres, poussent les délicates cardamines des prés. Saviez vous qu’elles appartiennent à la famille des brassicaceae c’est à dire des choux ? On le devine à la forme des fleurs : 4 pétales en croix, plutôt rectangulaires, avec un coeur jaune.  Comparez avec le chou potager en début de billet, vous verrez que la ressemblance est flagrante. En tout cas, des choux aussi jolis, je prends !

Nous ne pouvons terminer notre petit bout de chemin sans rentre hommage à un éminent représentant des fleurs des champs, j’ai nommé le pissenlit !  Vous en aviez déjà vu un d’aussi prêt ? Et que direz vous si je vous dit qu’elle appartient à la famille des marguerites (Asteraceaes)  ? En fait, tout ce joue sur l’utilité des “pétales” ! Dans les marguerites, que cela soit la partie “jaune” ou la partie “blanche”, en fait sont des petites fleurs. Dans le pissenlit, tous les “pétales” sont aussi des mini-fleurs [1]. L’objectif est de maximiser la pollinisation par les butineurs.. et quand on voit comment les pissenlits sont invasifs, cela marche bien ! Futé le pissenlit !

 

Nous retournons dans le jardin en friches.. où bon nombre de nos activités de week-end consistent actuellement à retirer des masses impressionnantes de chiendent et de ronces. Depuis quelques jours, j’avais repéré d’étonnantes touches de violet, avant de les identifier comme des iris. Alors ce week-end, j’ai pris le problème à bras le corps et œuvrer pour libérer les iris . Que les sympathisant du FLI (Front de Libération des Iris) me rejoignent! 😉 Chien-dent et ronces enlevés, ils ont, à distance, révélé tout leur charme

 

Et je ne peux terminer cette petite balade dans les champ sans rendre hommage à la touche pastel qui pousse au fond du jardin : un vieux cognassier. Je m’émerveille de la délicatesse des fleurs.. tout comme j’imagine déjà les kilos de pâte de coing à l’automne 😉

 

Voilà, j’espère que cette petite balade vous aura plu et distrait 🙂

 

Pour aller plus loin : Si des infos amusantes autour de nos fleurs vous intéressent, je vous conseille d’aller lire les billets de la “botanique joyeuse” de l’excellent blog “Sauvages du Poitou”. On apprends beaucoup en s’amusant !

 

Source (1) Botanique joyeuse : les fleurs

Print Friendly, PDF & Email


9
Laisser un commentaire

avatar
5 Fils de commentaires
4 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
6 Auteurs du commentaire
ChristineFlorence (Au Fil du Thym)MesekJacquelinedewulf Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
Notifier de
domie
Invité

J’aimerais la suite “botanique”, ce sera possible? j’adore apprendre le nom de ces petites plantes que je vois de près depuis quelques jours.
Futés les pissenlits, ça c’est sûr! Ils ont dû former une association pour envahir la pelouse.
Bonne journée

dewulf
Invité

j’adore ! que la nature est belle et votre promenade rafraichissante !

Jacqueline
Invité
Jacqueline

et bien : un grand merci. J’envoie tout de suite ce mail à mon petit fils avec qui habituellement je partage des balades et pendant lesquelles on regarde les arbres, leurs feuilles, les fleurs, les herbes. On va le lire ensemble comme si on était tous les 2.

Mesek
Invité
Mesek

Quel merveilleux blog que je viens de decouvtir

Christine
Invité
Christine

En ce temps de confinement, le temps d’une balade, ma fille de 12 ans photographie toutes les fleurs des champs rencontrées, avec pour objectif d’en faire un livre-photo. Merci Florence pour les noms donnés aux fleurs. Cela facilite notre travail. Merci pour votre blog!