Randonnée sur le chemin des Buis – Aragnouet (Pyrénées)

Bonjour à toutes et tous,

Aujourd’hui étant sensé être le jour le plus déprimant de l’année, et beaucoup d’entre vous ayant – comme moi – tendance à vous remonter le moral dans la nature, j’aimerais vous emmener en balade dans les Pyrénées. On va un peu remonter le temps pour retourner début octobre 2022, mais vous verrez, cela vaut le détour. 😉

***

Petite anecdote : Tous les ans entre les fêtes, je réalise une passe de « sauvegarde-logistique » sur le blog avec une sauvegarde du blog et des fichiers associés, ainsi qu’un grand tri des différentes photos de l’année. C’est ainsi que je suis retombée sur les photos que j’avais prise lors de l’escapade d’octobre dernier dans le Néouvielle (Pyrénées, massif proche de Saint Lary Soulan). Outre les photos de la randonnée des lacs (par ici), j’ai retrouvé un dossier avec les photos d’une petite randonnée appelée « Le chemin des buis » faite tôt le matin. Je l’avais repérée sur le site de randonnée du coin et m’étais dit qu’elle serait parfaite pour m’occuper avant que mon mari ne se réveille. Elle m’avait laissé de très bons car elle était très jolie (même si je suis passé trop tôt pour avoir du soleil) et m’avait permis « d’herboriser » à tout va pour compléter mon herbier photo.

 

J’ai extrait des photos de cette randonnée et les ai gardé de côté pour ce blue monday. Venez donc, on part juste avant le lever de soleil, explorer une vallée pyrénéenne et oublier le mauvais temps du jour 🙂 .

 

***

Pour cette balade, j’attrape chaussures de marche, appareil photo et la « miss », puis prends la voiture et me rends dans un hameau à quelques kilomètres en contrebas de vallée, à Fabian.

Je me garde au panneau de départ de randonnée situé à côté de la centrale hydro-éléctrique, et nous attaquons aussitôt

 

 

Pour le promeneur, impossible de louper le départ, un trio d’arbre indique le chemin.

 

Le petit sentier rse fourvoyè à flanc de montagne sombre, avec le ruisseau en contrebas. Dès les premiers mètres, il porte bien son nom « chemin des Buis » car les buis entourent le tracé.

Une tâche blanche attire mon attention : tiens du galinsoga cillé, une plante comestible et non locale, sans doute importée dans un jardin…

 

 

Nous remontons vers la route et je guette les panneaux de la randonnée. Par ici, juste avant l’auberge !

 

 

Amês sensibles s’abstenir : nous montons entourés de buis, dans un chemin très sombre car le soleil n’a pas encore illuminé les pentes.

Je reste sur mes gardes et suis contente d’avoir la miss à mes côtés.

 

 

La première trouée amène de la lumière et du réconfort : le soleil ne devrait pas tarder d’arriver sur ce flanc de vallée…

 

 

Nous arrivons sur un petit hameau, avant de rebifurquer dans les buis

 

 

A la première trouvée, j’aperçois une petite rocaille ensauvagée. Des touches colorées attirent mon attention. D’abord les orpins de la Saint Jean, qui débutent leur saison

 

Ensuite de sont les couleurs vives des oeillets des chartreux. Ces oeillets sauvages se caractérisent par une tête de multiples de fleur sur la tige, loin des oeillets à fleurs solitaires de nos bouquets..

 

Montons encore un peu au travers du chemin avant de découvrir un magnifique point de vue sur la vallée d’Aragnouet. Au delà des montagnes, il y a l’Espagne…

 

La randonnée continue dans une combe tranquille encore peu éclairée. Retrouver des prairies après les chemins de buis laisse planer une sensation de liberté

 

Mais j’ai parlé trop vite : revoici nos buis

 

Alors que le chemin continue, la terre laisse parfois place à des plaques minérales. Dès que je peux, je ne me retiens pas. A l’assaut des rochers !  Je suis sûre qu’il y aura plein de plantes de rocailles à découvrir !

 

 

Mon intuition est bonne car quelques dizaines de mètres plus haut, après un peu d’escalade, je découvre sur les rochers de minuscules orpins à feuilles courtes…

 

.. et  -nouveauté pour mon herbier – de la gnavelle vivace, où seul un chercheur de plante avisé aurait pu voir qu’elle était en fleur. N’est-elle pas mignonne avec ses fleurs vert-pale ?

 

 

Lorsque je redescend, la miss m’attends de pied ferme. « Mais que faisais tu ? » semble-t-elle me dire, « moi je veux continuer l’exploration « 

 

 

Nous continuons encore sur ce chemin rocailleux..

 

 

Avant d’arriver à un pont métallique qui doit aider le promeneur à passer.

Je ne vais pas vous le cacher, faire passer la miss a été une aventure en soit : les plaques grillagées ne sont pas de tout repos pour les pattes d’un chien et ses griffes.

 

 

Mais nous arrivons à passer, et montons de l’autre côté du ravin pour rejoindre la route qui conduit dans le cœur du néouvielle.

 

 

Je ne monte pas là, cela sera l’objet de la balade avec mon mari quand il sera réveillée. Pour l’heure, il faut redescendre vers le hameau de Fabian.

 

 

Si vous êtes attentifs aux fleurs, peut être avez vous remarqué en montagne que les bords de route sont souvent très favorables au développement des plantes fleuries. Il y a plus de soleil car les arbres sont éloignés de quelques mètres, plus de chaleur avec le bitume et les rochers. Si vous cherchez des fleurs, c’est « le » spot où être attentif. Mon regard se perd souvent sur les bords, et pour mon plus grand plaisir, notamment celui de découvrir de magnifiques (et très odorants : p ) pieds de sarriette des montagnes…

 

 

Après une bonne quinzaine de minutes sur la route, le chemin re-birfuque dans un petit chemin de buis. Sous le soleil, il y a une toute autre ambiance qu’au départ.

Cette fois c’est un cocon protecteur qui nous entoure. Cela doit être si agréable l’été

 

 

Et nous terminons sur la route, en retournant au hameau de Fabian. Le chemin doit en théorie redescendre dans la vallée mais je me retrouve vite bloquée par des éboulements de terrain. Tant pis, on rentrera par la route..

 

 

 

C’est dans ce joli petit hameau de Fabian, à quelques pas du petit bar local que je vous laisse. j’espère que la promenade vous a plu, et vous souhaite une belle journée. 🙂

***

Pus d’informations :

  • Présentation + trace GPS :  Site de Saint Lary Soulan avec une p
  • Randonnée plutôt facile, largement réalisable avec les enfants.
  • Chaussures de marche (basse montagne) quand même préférables en raison des rocailles

 

Print Friendly, PDF & Email

Si vous avez envie de partager le billet sur les réseaux : -- Twitter -- Facebook -- Pinterest --
Étiquettes:
S’abonner
Notifier de

10 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

merci pour cette jolie promenade documentée qui fait débuter la journée du bon pied ( pourquoi avoir décrété que c’était le jour le plus déprimant de l’année ??????)
bonne continuation

Bonjour Florence
.Le « blue monday » vient d’une accroche publicitaire en 2005 pour une agence de voyage , rien de scientifique là dedans(Pour répondre aussi à Brigitte )!En revanche ,ce voyage pyrénéen que tu nous proposes est lui merveilleux avec cette connaissance botanique qui nous entraîne Merci merci.

Merci pour cette promenade si agréable que tu nous a fait découvrir.

Bonjour Florence
Très jolie paysage _ comme d’habitude _ !!
Pour ma part ; j ‘ai pris l’habitude , depuis de très longues années maintenant _ de faire en sorte que ma vie sois aussi belle que possible _ et ce chaque jour que Dieu m’accorde !!
Aussi , il n’y a pas de jour plus ou moins déprimant !!
Il n’y a QUE CE QUE JE VEUX RESSENTIR !!
Tout est dans la façon d’appréhender les choses de la vie !!
Et ça ce ressent vraiment dans tes écrits !!
Bien à toi !!
Passeuse , guérisseuse , thérapeute , médium et canal

Merci pour la balade et de voir des buis en forme fait du bien, ici ils sont tous attaqués donc bientôt inexistants.