Carnet de voyage en Crète 3 – La Crète côté traditions

Bonjour à tous,

Je vous retrouve aujourd’hui pour la suite de mon « carnet de voyage » sur la Crète, pour vous parler de la Crète côté traditions
Au détour d’excursions guidées, mon mari et moi avons pu appréhender quelques aspects de la vie des Crétois, loin des plages dédiées au farniente et des grandes citées tournées vers le tourisme. Direction le centre de l’île, dans les montagnes et les reliefs, à la rencontre de l’artisanat, des croyances et des petits villages…

La tradition orthodoxe et ses monastères

Nous prenons donc la route vers le district « Mylopotamos », situé à l’ouest des Monts Ida, dans des plaines peuplées de gorges, et d’oliveraies :
vue_mont_ida

 

Nous commençons la visite par un détour dans les traditions religieuses. Si nous remontons un peu dans l’histoire, la Crète à d’abord été l’île de la civilisation minoenne, puis est passée sous contrôle grec, puis romain, et ensuite a été colonisée par l’empire Byzantin entre 400 et 900 après J.C. Cet empire orthodoxe (variante du christianisme), a converti les populations et profondément changé les traditions religieuses des crétois. Ces croyances se sont durablement implémentées, et aujourd’hui encore les crétois sont encore très pieux, et monastères ou chapelles sont des lieux de rendez vous incontournable dans les villes et villages. Au programme de la sortie, la visite du petit monastère reculé de Diskouri, entretenu et habité par le Pope et sa mère.

Visite du monastère de diskouri

Notre visite ayant eu lieu tout juste après la Pâques orthodoxe, c’est un monastère fleuri et décoré que nous trouvons. L’entrée est mise en valeurs par des feuilles de palmier et branches de laurier.

entre_monastère

 

Mais dans la cour, un calme apaisant semble peupler les lieu.

monastere_diskouri
Contrairement aux traditions catholiques qui sont majoritaires en France où les églises sont plutôt sobres et mises en valeurs par des vitraux ou de la profondeur, les chapelles sont petites, avec peu d’ouvertures mais très richement décorées. Nombres sont les icônes aux reliefs doré,  tissus et fleurs décorent les murs et les plafonds. Tout n’est que faste et gaité.

chapelle_monastere_diskouri

 

A l’issue de la visite, la mère du Pope nous invite à passer au salon pour nous proposer rafraîchissement et grignotages : les premiers verres de Raki (= eau de vie locale) sont dégustés avec des petits sablés maison et des pois chiches séchés et épicés. Tradition de Pâques orthodoxe, on retrouve également les œufs de pâques : oeufs durs colorés de rouge (il me semble via un sirop de betterave.), offerts à tous visiteur.

oeufs_paques
L’importance des icônes

Nous continuons notre sortie-découverte en nous attardant un peu sur les croyances entourant les icônes. En effet, si les icônes se rencontrent la plupart du temps au sein des monastères/églises, elles sont durablement implémentées dans les croyances du quotidien.  En voici deux exemples :
• Si vous croisez sur la route des petites répliques de chapelles un peu plus grandes que des boîtes aux lettres, vous vous trouvez face à une inconostase c’est-à-dire un lieu de mémoire envers les accidents de la route. Selon si vous y trouvez une photo ou pas, cela rends mémoire à une personne décédée (avec photo) ou remercie simplement le seigneur de sa protection (sans photos).

iconostate

• Dans la plupart des chapelles, vous trouvez des petites icônes en métal avec un symbole de bras, de femme, d’homme, d’enfant. C’est en fait un support de prière. Une icône en forme de bébé est souvent une prière pour un enfant à venir, un bras, une prière pour un bras cassé que l’on souhaite guérir., etc. Ces plaques sont laissées jusqu’à ce que la prière soit entendue, et ensuite retirés. . Voici un exemple des « plaques » aperçu dans la grotte-chapelle Saint Antoine dont je vous parle un peu plus bas. Ne vous étonnez pas du nombre, il y en avait 10 fois plus dans toute la grotte !

inconostate_grotte_hermes

 

Traces vénitiennes

Après les grecques, romains, byzantins,  et ottomans, ce sont les vénitiens qui se sont installés sur l’île de Crète, entre 1200-1700 ap JC environ. Ceux qui ont durablement transformé la Crète (alors surnommée Candie), en construisant  des ports fortifiés  servant de base commerciale entre Venise et les pays du Maghreb et de base militaire contrôlant la mer Egée. Ces ports encore aujourd’hui utilisés, se retrouvent dans les actuelles plus grandes villes de Crète : Héraklion, Rethymnon, La Cannée. Si les amateurs de shopping aimeront y flâner pour trouver des souvenirs de Crète, cela vaut le coup de s’arrêter quelques instants sur les berges du vieux port, observer les édifices vénitiens qui ont défiés le temps. Voici par exemple le phare de Rethymnon et la jetée du port, visités lors d’une sortie « indépendante » :

Port de Rethymnon

Mais reprenons le fil de notre excursion « tradition »….

Les vénitiens ont eu une forte influence sur l’art crétois, conduisant notamment à la construction d’une « peinture crétoise » alors fortement réputée. Dans les terres, ils ont également aidé à la construction/embellissement des villages, laissant encore quelques traces visibles.  Après le monastère de Diskouri, nous sommes partis dans la ville de Spilli, réputée « le centre de la Crète », où l’occupation vénitienne a laissé des traces durables dans la ville. Le plus bel exemple est situé dans la grande place de la ville, avec une fontaine entourant toute la place, formée de 24  têtes lions. Cette immense fontaine est l’objet d’une grande légende populaire ; si vous buvez l’eau des 24 fontaines du Nord au Sud (à raison d’un litre par fontaine et 1 fontaine par jour), l’eau sera élixir de jouvence. Dans l’autre sens, elle fera repousser les cheveux. Notre guide était en cours de test 😉 Je n’ai pas personnellement essayé, mais je peux vous dire que l’eau de la 8e fontaine était bien fraîche !

fontaine_venitienne

 

A l’intérieur des grottes

La Crète étant montagneuse, elle abrite un nombre incalculable de grottes (on en compte plus de 3000 selon le guide). Ces grottes ont souvent eu une forte valeur symboliques, avec par exemple la célèbre grotte où Rhéa à donné naissance au Roi des Dieux Zeus, et une deuxième grotte Zeus à grandi et été nourrit par une chèvre (grotte de Pyschro, en Lassithi). Aujourd’hui encore, certaines grottes sont restées des lieux de culte comme la grotte d’hermès/grotte de Saint Antoine.

Plus récemment, ces grottes ont été utilisées comme garde manger pour conserver des aliments à des températures acceptables (17-18°).

Après le village de Spilli, nous avons visité une des trois plus belles grottes (soit disant la mieux mise en valeur) : la grotte de sfentoni, située à proximité du village d’Axos. Un peu de grimpette dans les montagnes (en bus !!), et nous arrivons sur un flanc de montagne bien exposé, peuplé de sauges, thym, et autres herbes sauvages.

route_montee

Après l’achat des billets, puis le passage d’une entrée en verre, nous découvrons une grotte bien aménagée, assez spacieuse, et avec des effets de lumière dignes de ceux qu’on croise dans les belles grottes françaises. Le chemin à l’intérieur est facile, réalisé sur des plaques métalliques non glissantes, avec des éclairages qui changent régulièrement de couleurs. Nous croisons quelques chauves souris au passage réveillée par nos pas. Mais plutôt que de m’étendre textuellement, je vous laisse observer les photos prises à l’intérieur, avec les différentes formations de stalactites/stalagmites. La n°3 est ma préférée, et vous ? 🙂

grotte_sfentoni4

grotte_sfentoni3

grotte_sfentoni2

grotte_sfentoni5

Petits villages et artistes

Nous terminons la ballade dans le village d’Axos, perdu au cœur de la montagne.

axos_vue

Si la grande rue centrale et les mûriers qui la peuplent rendent difficile la progression du bus, les petits chemins et escaliers sont l’occasion de découvrir l’intérieur du village : petites ruelles fleuries, citronniers poussant dans les jardins, plantes grasses fleurissant les murs. Il y fait bon vivre. L’occasion pourquoi pas de nous attarder quelques minutes au kafenion, pour déguster le Raki du patron, et goûter son miel de thym.

axos_escalier

 

Ayant un court temps de « visite libre », nous rejoignons la sortie « haute » du village. La bas, nous trouvons deux échoppes de tapisserie tenues par deux veilles dames d’un âge ayant largement dépasser la retraite. Face à la beauté des motifs, je me laisse tenter  à regarder le magasin, et succombe sur une étole brodée qui sera parfaite pour mes photos de cuisine (et déjà utilisée ici 😉 ) et un petit sac « légèrement » girly parfait pour l’été.

achat_tissu

Après le temps libre, au « bas » du village nous rejoignons le groupe et partons visiter le musée de la sculpture sur bois en Crète (adresse internet : ). Ce musée est tenu par un seul artisan spécialisé dans la sculpture sur bois, qui dédie sa vie à cet art. Ne vous attendez pas à de petites sculptures tenant dans la main, non, ce sont d’immenses pièces de bois (souvent d’un seul tenant !) plus hautes que les maisons, et d’un réalisme saisissant.  Réalisées avec les bois des arbres tombés sur l’île, elles parviennent à s’orner de couleurs naturelles. J’ai beau être peu réceptive à cet art « naîf », il faut reconnaître que certaines pièces vous prennent aux tripes, comme ce monumental aigle (il doit bien faire 10 m de large) ou cette reconstitution tout en bois des bergers et de leur troupeaux.

sculpture_bois_ferme

sculpture_bois_aigle

 

Voilà, le récit de nos excusions « côté tradition » et de tout ce que j’ai appris sur les us et coutumes. Juste avant de terminer, voici une carte avec les différents endroits cités, si jamais vous souhaitez vous y rendre :

carte_crète_tradition

 

J’espère que ce  billet « Crète côté traditions » vous aura intéressé autant que les visites m’auront intéressé et peut être donné envie de faire un tour dans cette île à découvrir. Si jamais vous avez des questions, je suis disponible pour y répondre dans la limite de mes connaissances… ou des réponses google 😉

 

Sur ce, je vous souhaite une bonne journée et vous dis à bientôt  !

Sources :
– Informations retenues dans les visites
– Compléments sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Cr%C3%A8te + pages annexes

 

Pour plus d’infos

  • monastère de diskouri :
  • grotte de sfentoni :
  • musée de la sculpture de bois de crète :
Print Friendly, PDF & Email

Si vous avez envie de partager le billet sur les réseaux : -- Twitter -- Facebook -- Pinterest --
Étiquettes:
S’abonner
Notifier de

2 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Superbe, je connais la Grèce mais pas du tout la Crête… Ça donne envie … Merci de me faire voyager !
xxx
Irène

C’est une destination que j’ai eu l’occasion de découvrir alors que j’étais encore lycéenne, mais j’y retournerais aujourd’hui bien volontiers.