Astuces pratiques : Mon jardin pour la biodiversité

Bonjour à tous,

Alors qu’un joli week-end s’annonce, parlons plantes, jardins et terrasses. : )

Si dans la vie de tous les jours, j’essaye d’avoir des gestes pour préserver la planète, quand arrive le week-end, j’essaye de reconstruire un peu la nature en faisant de mon jardin un havre de biodiversité.  Si vous assez une fibre écolo, vous avez sans doute aussi conscience que nos jardins ne sont pas que des espaces d’agrément, mais aussi des refuges pour la biodiversité animale et végétale  : les oiseaux peuvent s’y poser sans se faire tirer dessus, les abeilles n’y sont pas aspergées de pesticides, les plantes peuvent y fleurir sans être arrachées,..

Créer un “jardin bio-diversité” est possible même avec une petite surface, même sans y passer beaucoup de temps. Il suffit tout simplement d’aménager/ré-aménager avec les bons choix et faire un petit peu d’entretien pour éviter la dérive vers la jungle amazonienne.

Alors que l’automne est la saison des plantations, j’aimerais vous partager quelques “trucs et astuces” appris sur le tas pour faire de mon jardin un “coin à biodiversité.  Ce sont des astuces simples dans lesquelles vous pouvez piocher pour les adapter à votre propre surface. Venez donc !

 

Astuces jardin biodiversité // Au Fil du Thym

 

~~~~

Un jardin biodiversité, ça veut dire quoi ?

Le terme “bio-diversité” veut dire que l’on accueille une large diversité d’espèces végétales (fleurs, arbustes, plantes potagères, aromatiques, … ) et d’espèces animales (oiseaux, insectes, micro-organismes invisibles,.. ).  Dans le milieu sauvage, on parle plutôt d’un “écosystème” pour désigner des espaces où une large variété de vies animales et végétales se sont organisées et vivent en équilibre.  Un jardin, même de petite taille, peut devenir un écosystème/ système en équilibre sympathique pour la nature.

Les intérêts d’un jardin “biodiversité” sont multiples :

  • Apporter du charme et du “cachet” au jardin : Et oui, un jardin mêlant fleurs, buissons, arbres, et toujours plus joli qu’une haie de thuyas.
  • Permettre d’avoir une variation de l’esthétisme du jardin tout au long de l’année, avec chaque saison ayant son charme
  • Devenir un refuge pour les espèces menacées par la chasse ou les polluants (abeilles, oiseaux, auxiliaires du jardin,…)
  • Fournir un gîte et un couvert à la faune locale (baies, fleurs, etc), et par là animer son jardin de vie  – alors que nos jardins sont souvent “froids” et vides.

Et point très important :

  • Plus la diversité des espèces est importante, plus le système {jardin+ habitants} tend vers un équilibre où tous les éléments travaillent ensemble pour favoriser la croissance de l’autre. On parle souvent de cet équilibre dans l’agriculture biologique où le concept n’est pas de supprimer les nuisibles, mais faire que la population de ravageurs  (ex: pucerons) s’équilibre avec les auxiliaires bénéfiques (ex : fourmis).  Au jardin c’est pareil, et cela évite à toutes vos plantes (potagères ou ornementales) d’être ravagées.

 

Quelques exemples d’habitants de mon jardin..

 

~~~~

Comment aménager son jardin ?

Pour aménager efficacement son jardin et le rendre agréable aux plantes et animaux, il y a deux grands concepts :

  • Limiter l’artificialisation et végétaliser au maximum
  • Amener de la variété

La végétalisation

La première chose à réaliser est de végétaliser au maximum. Par-là, je ne veux pas dire de le transformer en jungle amazonienne mais simplement de lui permettre d’abriter une large palette de vies végétale et animale. En pratique, il suffit de :

  • Limiter l’artificialisation des sols au strict nécessaire : Cela veut dire limiter la taille de la terrasse (pas besoin qu’elle fasse 80% du jardin), de la piscine, des chemins d’accès, ou des emplacements avec du béton/gourdon que l’on pose souvent pour la facilité d’entretien. Tous ces espaces sont vides de vies et n’apportent rien pour la biodiversité, à part des chaleurs étouffantes en été.
  • Limiter les espaces de pelouse “sans rien dessus” : La pelouse type “jardin anglais” ou “fairway de golf”  n’apportent aucune bio-diversité car on y retrouve généralement les mêmes espèces d’herbes, et on les coupe avant qu’elles soient utiles pour la nature (montée et semis des graines).
  • Profiter des bordures (mûrs, grillages, …) pour installer des plantes hautes qui apporteront des fleurs et masqueront le béton.  Pas la peine de mettre de larges buissons;  des plantes grimpantes (glycines, chèvrefeuille, lierre, etc) sontsuffisantes pour apporter de la végétation et des fleurs

 

ficoide // Plante de rocaille
Ficoïde – Une plante de rocaille idéale pour végétaliser un coin plein soleil

 

Amener de la variété

 Dans son jardin, même un petit, on peut essayer d’apporter une grande diversité. Celle-ci s’exprime sous différents axes  .

  • Variété des types de plantes (arbres, arbustes, fleurs, buissons aromatiques, plantes potagères)
  • Variété des plantes au sein des “types” : par exemple ne pas planter des fleurs d’un même type, mais plein de fleurs différentes
  • Variété des périodes de floraison / des baies.
  • Variété des “types” de jardin : coin à l’ombre, coin plein soleil, rocaille, espace sauvage, haies

A noter que cette variété doit être apportée en adéquation avec la situation de votre jardin (climat, soleil ou pas) et si possible en étant le plus proche possible de la végétation sauvage des alentours.

 

~~~~

Et comment faire ?

> Comment Aménager différents “types” de jardin ?

Même dans un petit jardin, vous avez probablement un espace très au soleil et un recoin à l’ombre, un endroit où la terre a une certaine consistance et un autre endroit où non. Ces spécificités peuvent être utilisées pour aménager différents “coins” de jardin, chacun avec leur “fil conducteur”.

 Exemples :

  • On peut profiter des bordures du terrain pour aménager une haie fleurie avec différentes périodes de floraison ou une bordure de plantes grimpantes.
  • On peut placer un coin potager/aromatiques sur un espace bien au soleil.
  • A la mi-ombre, c’est l’espace idéal des bulbes de printemps (tulipes, jonquilles) ou d’une bande de semis  fleuris (cosmos, soucis, pavots, etc)
  • On peut profiter du coin à l’ombre de la maison pour aménager un jardin d’ombre avec des plantes que l’on rencontre en forêt comme les fougères, heuchères, fuchsia…

Ex : mi ombre – une jardinière avec des pensées, cyclamens et bulbes

Ex : Rocaille : Une belle part aux sédums

 

> Comment amener une variété de plantes ?

Il y a une petite “discipline” à s’imposer : ne jamais céder à la facilité de la mono-plante !  Fini la haie de thuya, les rangées d’un seul sapin, on varie les arbustes. Fini les rangs de pensée dans les jardinières, on opte pour plusieurs variétés de fleurs. Dorénavant, même pour mes jardinières, j’opte toujours pour 3 plantes différentes 😉

Composition fleurs automne - Idées décoration balcon / Terrasse à l"automne

Quand vous souhaitez aménager un espace, le petit conseil (vécu) que je peux vous donner est de pré-repérer sur le net via les sites spécialisés ou sur pinterest des idées de plantes qui peuvent s’y plaire. Repérez 4-5 variétés, notez les sur un papier/smartphone puis vous verrez ce que vous trouverez sur place. N’hésitez pas non plus à demander conseil aux professionnels!

 

~~~~

10 Astuces pratiques pour la biodiversité

Avec le temps, j’ai appris quelques astuces pratiques pour apporter le plus de variété “utile” dans mon jardin

  • 1- Choisir des variétés de plantes “locales” :  Pour garantir une bonne durabilité du jardin et une adéquation avec la nature déjà existante, il est important de choisir des espèces adaptées au climat local (chaud, froid, grandes variations thermiques, plutôt doux) et donc auxquelles la faune locale est habituée. Pour cela, vous pouvez repérer les plantes qui se portent bien dans les jardins de vos voisins. Si on est proche de la campagne, on peut même essayer de repérer/identifier les espèces sauvages.

 

  • 2 – Planter différentes essences dans les haies : Il y a quelques années, les haies uniformes de thuya formaient beaucoup de nos haies. Il n’y a pourtant rien de pire côté diversité car elles hébergent peu d’espèces !  Pour créer une haie / une délimitation, il est préférable de varier les espèces le plus possible et si possible en variant leur période de floraison : buddleia, forthysia, boule de neige, troène, cognassier du Japon (en photo), …

 

Cognaissier du Japon

 

  • 3 – Si jardin de bonne taille,   n’hésitez pas à aménager un espace “bande fleurie” dans lequel on pourra semer des fleurs de printemps/été pour apporter une belle floraison aux beaux jours. Les fleurs sont évidemment très décoratives, très gaies pour le jardin, et idéal pour illuminer tout espace (même petit). Elles sont surtout des gardes manger à insectes, abeilles & bourdons, qui s’y éclateront au printemps/été. On en plante une tous les ans, c’est très gai, en plus d’être très fréquenté ^^

 

  • 4- Installer des arbustes à baies : Outre le côté décoratif avec les baies colorés, ils servent de garde-manger pour les oiseaux lors des temps froids. Différentes espèces peuvent bien se plaire au jardin : le houx, l’aubépine, le sorbier, le sureau noir.. Dans un petit jardin, ces buissons sont même idéaux pour apporter des touches colorées à la mauvaise saison. Un exemple ci-dessous en photo d’un spécimen du jardin paré de ses baies d’hiver. 

 

  • 5- Si vous avez un grand jardin, n’hésitez pas à laisser un recoin “simili-sauvage” où les fleurs sauvages pourront pousser, où les arbustes locaux pourront s’implanter, voir où les des arbres du coin pourront pousser. C’est décoratif avec les fleurs et possède un charme champêtre très sympa. On a fait cela au fond du jardin, cela a été colonisé par de larges touffes de pervenche et quelques sureaux, fleurissant tous deux au printemps : )

 

  • 6 – Installer des plantes potagères : Sans aller jusqu’à mettre en place un vrai potager, c’est toujours intéressant de mettre quelques plantes potagères faciles : tomates, courgettes, herbes aromatiques. Ces plantes sont souvent très fleuries (ex: tomates en photos) et donc très appréciées des abeilles. Les plantes aromatiques (thym, romarin) sont notamment adorées !
  • 7- Profiter des murs, murets pour aménager un nouveau “coin de jardin”. Par exemple, les murets au soleil peuvent devenir une rocaille puis héberger des lézards. Un mur à l’ombre peut héberger un tas de bois faisant office de maison aux hérissons, ou encore des fougères rappellant la forêt.

 

  • 8- Planter des arbres : même de petite taille type catapala boule représente un refuge très intéressant pour les oiseaux qui peuvent s’y poser puis, s’ils s’y plaisent, y nicher. Les arbres sont aussi ultra intéressant pour créer des microclimats autour d’eux (on considère qu’ils ont leur “climat frais” jusqu’à 1 m autour du tronc), où l’on pourra aisément planter des fleurs qui n’auront besoin que de peu d’eau en été.

 

  • 9- Si vous plantez des arbres, limitez la quantité de conifères : En effet, les conifères sont des arbres très gourmands qui drainent tous les nutriments alentours et empêchent la pousse des autres plantes. De plus quand les aiguilles tombent, elles acidifient le sol et le rends inhospitalier à beaucoup d’espèces. Souvenez-vous, dès que vous vous promenez dans une forêt de sapins/pins, il n’y a généralement plus d’herbes autour !

 

  • 10- Installer un nichoir et une mangeoire pour les oiseaux, un hôtel à insectes, etc.. Toutes ces petites choses, sont autant d’opportunité pour les animaux de s’installer. Évitez les ruches, car malgré l’attrait que cela peut représenter, c’est complexe à gérer et demande une formation et des autorisations préfectorales. 

 

Trouvez vous notre dernier petit locataire ?…

~~~~

 

Avez-vous d’autres idées ?

Avez-vous organisé votre jardin pour qu’il soit un havre de biodiversité ?

 

~~~~

Plus d’informations / autres idées

Print Friendly, PDF & Email

9 Replies to “Astuces pratiques : Mon jardin pour la biodiversité”

  1. article très intéressant, merci

    1. au plaisir de partager des idées !

  2. Mon jardin devrait te plaire. Je partagerai bien des photos par mail avec toi. Voici le mien allergiquegourmand@yahoo.fr
    Je crois que l’on pourrait partager beaucoup.
    Belle journée

    1. Coucou,
      Cela me ferait grand plaisir de pouvoir partager dessus par mail ou autres. Je suis un peu surbookée en ce moment donc je ne sais pas si j’aurais le temps de t’écrire sous peu (donc si tu as un créneau avant moi, n’hésites pas) mais j’essayerais, promis 🙂

  3. j’adore ta petite pipistrelle, j’aime beaucoup ton jardin

  4. Attention au buddleia : c’est une espèce invasive qui est en train de devenir un souci du même ordre que la renouée du Japon. Il a eu beaucoup de succès depuis une dizaine d’années et on trouve maintenant des petits buddleias un peu partout, y compris dans les milieux sauvages où il commence à supplanter des espèces locales (fusain par exemple)…
    En cherchant rapidement, je n’ai pas trouvé de lien sur la Drôme mais celui-ci est émis par la FRAPNA Haute Savoir : http://www.frapna-haute-savoie.org/images/docs/Plantes_invasives/Plaquette%20de%20reconnaissance%20invasives-1.pdf
    (et il en est question sur le nouveau panneau mis en place au bord de la Véore à Combovin aussi)

    1. Coucou,
      Merci pour l’information, je ne savais pas. Et effectivement dès qu’il y a un coin abandonné avec de l’eau à côté on en trouve beaucoup. Il me semble d’ailleurs qu’il y en a des massifs à la gare des ramières.. Je vais donc le retirer de ma liste, malgré l’attrait fleuri qu’il a
      PS : j’ai regardé pour les invasives hautes savoie : que cela soit les solidages, les balsamines, les berces, et l’ambroisie, j’en ai croisé à la pelle dans les collines cet été …

Laisser un commentaire