10 raisons de “(re)Faire Maison”

10 raisons de “(re)Faire Maison”

Bonjour à tous et toutes

Comment s’est déroulé votre week-end  ?  🙂 En avez-vous profité pour sortir ? Vous adonner à votre loisir créatif favori ? Si vous êtes d’accord, je vous propose de rester dans le sujet et que l’on échange un peu sur la thématique du “Fait Maison” (Le fait maison étant ici généraliste, de la cuisine, couture, tricotage, etc).

Il y a quelques années, le “fait maison” n’avait pas vraiment la côte, c’était tout au plus un loisir créatif, qu’on accomplissait (je caricature) quand on est une “bobone à la maison“. Aujourd’hui la donne me semble différente et “faire maison” est le plus souvent synonyme de “bien”, “bon”, voire de “créativité”. Comme beaucoup d’entre vous sans doute, j’ai pris depuis quelques années le virage de  “refaire maison”.. De la cuisine à la couture ou en ce moment au crochet, ce sont des activité simples mais qui m’ont beaucoup apporté  et ont complètement changé ma façon de voir le quotidien.

Au travers de ce billet,  j’aimerais donc que l’on échange sur nos vécus propres. 🙂

  Êtes-vous un adepte du “fait maison” ? Que réalisez-vous ? Quelle est votre façon de voir sur ce thème ?

 

Avantages fait maison

Pour ma part :

Il y a quelques années,.

Avec l’ère de la société de (sur-)consommation, il me semble que l’on a (presque) oublié que l’on peut faire des choses par soit même.  Historiquement, dès les années 60, des “aides ménagères” ont fait leur apparition pour aider les ménagères dans la cuisine, les tâches quotidiennes; toujours pour nous faire gagner du temps et nous “aider à nous concentrer sur les plaisirs”.  Ces aides se sont progressivement étendues aux basiques du quotidien, jusqu’à faire nous faire perdre de vue perdre de ce que nos grands-mères réalisaient sans y penser.  Les plats cuisinés ont remplacés les plats maison, les biscuits industriels fades  on sur planté les gâteaux maison,  les gels douche chimiques ont remplacé le savon, et les écharpes venues d’Asie celles que nos grand-mère faisaient elles-mêmes.. Pour qu’au final, on ne sache plus rien faire à part réchauffer au micro-ondes  ou dépenser dans les magasins…

Je ne sais pas si vous avez vécu la même chose, mais pour ma part (enfant des années 80..) , j’ai longuement vécu avec ces leitmotiv inconscients que :

  1. je suis incapable de faire aussi bien que l’industriel“. Les exemples étaient nombreux : Arriver à cuisiner même si les plats étaient “dégeulasses”, arriver à coudre même si tous les vêtements industriels sont mal fichus… Et de toute façon il faut faire comme les autres et avoir les même marques ….  Pourquoi faire par moi-même ?
  2. Comme il FAUT profiter du temps libre et il ne FAUT SURTOUT PAS réaliser de corvée, alors  il ne faut pas faire de “fait maison“. Il ne faut pas cuisiner mais se payer des plats cuisinés, il ne faut pas réaliser des loisirs créatifs mais voyager loin même si c’est pour rester dans un club, il ne faut pas réaliser de “tricot” sinon on est (en tant que femme) asservie..

C’est avec ces différents a-priori, que le “fait maison” est “nul”, “compliqué” ou “chronophage” le concept de “refaire maison” m’avait au départ semblé incongru… Jamais je n’aurais pensé faire quoi que ce soit. Et puis :

 

Mais en fait, pourquoi “refaire maison” ?

En étant sincère, c’est quand mon mari et moi avons envisagé sérieusement d’avoir des petits gourmands que je me suis vraiment posée la question de refaire par moi-même. J’ai longtemps hésité, puis diverses raisons m’y’ ont poussé à franchir le cap

  • 1)  – L’envie de me démontrer que j’étais capable de faire quelque chose

  Malgré un travail, la confiance envers mes capacités à “réaliser quel chose par moi-même” n’était pas grande.  Pas capable de faire l’ourlet de mes pantalons, de cuisiner le moindre plat quand mon mari disait “tiens je me prendrais bien [CA]”. Pour quasi tout j’étais dépendante des autres (industriels, famille, etc). A un moment j’en ai eu (plus que) marre et j’ai décidé d’essayer, de me prouver que je n’étais pas qu’une “assistée” et que j’étais totalement capable de faire quelque chose de mes mains. A ma grande surprise, j’ai découvert qu’en fait, je pouvais faire plein de choses !

Lasagnes au chorizo, poivrons (et boeuf) - Recette familliale et gourmande

Lasagnes poivrons-chorizo.. un des premiers plats “fait maison” tenté

 

  • 2) – [Cuisine] Pour faire du meilleur

 J’ai débuté le “fait maison” par la cuisine, d’une part car c’est un “domaine” où l’on peut aisément arriver à un résultat mais aussi clairement par la volonté de réaliser du bon. Un bon petit plat, un bon gâteau, avec des produits sains et qui a aura plus de saveurs et de parfums que ce qu’on nous vends dans les grandes surfaces. Autant dire que les résultats ont vite été au rendez-vous !

 

  •  3) Par envie d’apprendre

C’est un fait, j’adore apprendre sur des sujets divers et variés. Faire maison impose de monter en compétence dans différents domaines, et est une source sans fin d’apprentissages ludiques. C’est extrêmement stimulant à tous les âges de la vie (des petits gourmands, adultes, senior), cela permet de voir des choses différentes de notre quotidien (travail entre autre) et enfin cela permet de se lancer des mini défis valorisants.  Et puis, rien de mieux que de pouvoir se dire “oui , j’ai réussi ” 😉 .

 

avantages fait maison - apprendre !

Apprentissage du crochet en cours..

 

Et maintenant, pourquoi continuer ?

Après quelques années de pratiques du “fait maison”, j’en ai tiré énormément d’avantages :

  • 4) Le “Fait maison” a une valeur émotionnelle plus forte

C’est une des premières choses que j’ai remarqué sur le “fait maison” : tout prend une valeur émotionnelle beaucoup plus forte. Pour vous donner un exemple, si vous ramenez un gâteau maison au travail, il  touchera bien plus vos collègues que si vous faites juste un détour pour acheter des croissants. De même, un cadeau “hand-made” touchera plus la personne qui les reçoit qu’un achat internet.  Un repas 100% maison pour les fêtes de fin d’année sera plus apprécié que des surgelés décongelés tout prêt. En plus des autres, j’ai noté que l’on tiens plus aux objets crées soit -même que ceux que l’on achète.  Le Fait maison est tout bénéfice pour soit et les autres.

Sac Cabas tissu.. Pas forcément du plus joli, mais je l’adore 🙂

     

  • 5) Parce que cela me fait plaisir de “faire moi-même”.

 Le plus gros bénéfique “égoïste” du refaire maison (que cela soit la cuisine, la couture, déco, etc) c’est le plaisir de la réalisation et de profiter de cette réalisation. Pendant, c’est le plaisir d’agir, de faire de ses mains, puis de voir les choses se construire au fur et à mesure. Après, c’est la satisfaction valorisante d’avoir “fait soit même”. Cela donne confiance en soit, dans ses capacités.

 

  • 6) C’est être débrouillard (e) !

Je vous parlais de la dépendance aux autres (industries, proches, etc) quand on ne sais rien faire soit même.. Et donc un des gros avantages quand on fait soit même est de devenir débrouillard ( e ).  Besoin d’un cadeau pour un proche ? On trouve par soit même des idées amusantes ! Besoin de ramener un quelque chose (au travail, chez un amis) pour fêter une occasion ? On devient capable en deux coups de cuillère à pot de réaliser un gâteau ou autre.  Tenez, tout récemment, j’avais besoin d’une pochette pour sortir en soirée, au lieu de faire les magasins pour en trouver une j’en ai réalisé une maison en 1H de temps !

gâteau pralinoise

 

  • 7) Faire maison permet de se centrer sur l’utile

En pratiquant du DIY, j’ai remarqué que je centrais beaucoup plus sur le “vraiment utile”. En fait, au lieu de craquer (sans forcément réfléchir )  à un objet dans les magasins, vouloir le réaliser maison impose de bien réfléchir à ses besoins, ses envies, et se centrer sur ce qui est vraiment utile/agréable. Fini les achats impulsifs en supermarché par exemple sur des gâteaux, on réfléchit bien à celui qui fera vraiment plaisir au moment voulu. Fini les achats “par défauts” pour les cadeaux aux proches, on investi dans un “home made” qui plaira vraiment.  Au final, cela rends tout le monde plus heureux et on se concentre sur les éléments essentiels de son DIY.

 

DIY terrarium bocal succulente facile

Terrarium fait maison pour un proche pour sa pendaison de crémaillère

  • 8) Parce que c’est une voie de partage

Si au départ en “réalisant maison”, j’avais  peur du jugement “ T’as des occupations de vielles! “, j’ai découvert peu à peu qu’on était nombreux à faire des choses tout en les cachant aux autres.  Entre copines, on a commencé à en parler, puis s’est motivées à tester d’autres choses, et quand on se découvre d’autres centres d’intérêts commun, on s’échange les bons plans. C’est devenu un sujet de conversation récurrent et un joli sujet de partage.

 

  • 9) C’est une démarche écologique

Au fur et à mesure de mon avancement dans le fait maison, je me suis rendue compte que c’est une démarche écologique et responsable. En effet, j’évite que l’industrie ne réalise à ma place (en polluant beaucoup) ce que je peux simplement faire moi-même, j’évite la pollution due au transport des matériaux  bruts -> usine1 -> usine 2  -> magasin -> maison . J’évite également l’utilisation de produits controversés, par exemple pour tout ce qui est entretien de la maison..  Et comme dit juste au-dessus, je me centre sur le vraiment utile et élimine le superflus. 🙂

 

liquide vaisselle maison

Liquide vaisselle Maison

  • 10) Pour l’apaisement

A l’heure de nos sociétés hyper-actives, je ne sais pas vous, mais me poser pour “faire maison” (la cuisine, couture, crochet, etc) est pour moi une bouffée de calme et d’apaisement. Je peux prendre un peu de temps pour moi, pour arrêter mes pensées souvent dans l’anticipation du lendemain. Je profite du moment présent, simplement. 🙂

 

~~~~

 

Maintenant à vous de partager, si vous le souhaitez, vos expériences 🙂

 

Etes-vous des adeptes du fait  maison ?

Comment y êtes-vous arrivés ?

Avez-vous des “domaines” de prédilection ?

 

 

 

Bonne journée à tous et toutes !

Print Friendly, PDF & Email


11 thoughts on “10 raisons de “(re)Faire Maison””

  • Une philosophie de vie qui lui redonne un sens ! il faut trouver le temps, ce n’est pas toujours possible lorsqu’on travaille…mais le retour est très gratifiant. Pour ma part, j’ai acheté de vieux meubles à Emmaus que j’ai relookés : cette démarche leur donne une âme tout en évitant le grand gaspillage de la société de consommation. Je suis heureuse de voir que mes enfants s’y sont mis aussi après leur période “Ixxx”. Merci pour cet article.

    • Bonsoir,
      C’est vrai – et je ne m’en étais pas rendue compte – que c’est une sorte de “philo” qui redonne du sens à son temps et à ses actes. On arrête les temps morts (ex devant la télé) pour redonner un but à beaucoup d’instants.
      Vous avez eu du courage pour le re-lookage des meubles, cela prends pas mal de temps et de patience !
      Au plaisir de partager 🙂

  • Le fait maison est une vielle habitude qui vient de mon enfance . Ma mère m’a donne le gout des confitures et conserves .
    Nous avons un grand jardin ou pousse les pleins de légumes et fruits que je cuisine chaque jour .
    Je fais des confitures plus de 100 pots par ans .
    Des conserves de tomates de ratatouille et autres .
    Ce week-end j’ai fais des conserves de chili cone carné une première .
    Je fais aussi des légumes aigre douce en pots ainsi que des chutneys .
    Je congèle beaucoup aussi .
    J’ai acheté cette été un deshydrateur .
    J’ai fais des tomates séchées ,des pommes pour l’apéro , des champignons .
    J’ai séché aussi des piments que j’ai mis en la poudre et des herbes persil ciboulette estragon .
    Je suis enchantée de mon achats
    Je fais des produits ménagées et des insecticides maison .
    Bonne soirée

    • Bonsoir,
      C’est sûr que quand le fait maison est une habitude transmise, cela entre dans le quotidien. 100 pots de confiture ! je suis admirative, n’ayant pas la possibilité de dépasser la 10aine. Bravo pour toutes vos conserves, vous devez vous régaler pendant l’été ! Merci du partage de ces idées

  • C’est surtout la cuisine que je fais maison… une habitude qui ne s’est jamais perdue : mes grands-parents cuisinaient maison, mes parents cuisinaient maison, et l’une des premières choses qu’ils m’ont donnée quand je suis partie dans mon studio d’étudiante, c’est un livre de cuisine “basique” ! J’ai commencé à cuisiner maison dès que j’ai quitté la maison de mes parents, et je n’ai pas arrêté ! C’est même parfois un défouloir !
    (après, c’est comme pour tout : je ne suis pas parfaite et il m’arrive de céder au “tout prêt”)
    Je sais aussi coudre, broder, repriser, tricoter un peu, mais je n’y trouve pas de plaisir (à cause d’un souci au niveau de mes mains… cela peut vite même devenir douloureux ). On a aussi pas mal “bricolé” (et refait entièrement une salle de bains par exemple dans un ancien appart, plomberie comprise).
    Après, je crois que c’est aussi parce que nous avons le choix de faire nous-même ou pas que le “fait maison” peut devenir un plaisir, un défouloir, une bouffée d’oxygène. Si nous y étions contraints, nous n’en aurions pas forcément autant l’envie et cela ne nous apporterait pas la même satisfaction !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.