Histoires de nos expressions culinaires (3) : figues, prunes, toasts et al.

Histoires de nos expressions culinaires (3) : figues, prunes, toasts et al.

Bonjour à tous,

 

Cela fait longtemps que je n’ai pas publié d’article « humoristique » autour de nos expressions culinaires favorites. Comme l’été se prête souvent au farniente, même en cuisine, au lieu d’une recette, j’aimerais vous faire découvrir quelques anecdotes historiques autour de nos expressions.

 
1 – En ce début du mois d’aout, les premières figues mûres apparaissent dans les jardins, tandis que les raisins continuent gentiment de grossir. Alors que ces deux fruits ne sont pas mûrs en même temps, pourquoi dit-on parfois « mi figue- mi raisin » ? Et pourquoi désigner un évènement contrasté (bon et moins bon) avec ces deux fruits ? En fait, c’est une expression qui s’est construite au fil des ans :  Au XIVe siècle, figues sèches et raisins secs étaient des aliments courants de la période de carême, et dégustés ensembles. Un siècle plus tard, quand on parle de « mi » on veut dire  :« mêlé de bon et de mauvais ». Un peu plus tard, au XVIIe siècle, on mélange la figue et le raisin du pour cette expressions signifiant « mi consentant, mi forcé. ».

tarte-figues-amande

 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 

2- Un autre fruit de la fin de l’été, la prune, qui fait l’objet de diverses expressions fleuries. La plus connue est « faire quelque chose pour des prunes » qui signifie « réaliser quelque chose pour rien ». Cette expression est très ancienne et date du XIIe siècle : Après une croisade mise en échec, les croisés revinrent dans leurs royaumes sans or et sans reliques, avec uniquement des pieds de prunier de Damas. Certes les fruits étaient délicieux mais comparés à de l’or, cela n’avait que peu de valeurs. Le roi furieux de leur échec, se mit en colère et leur hurla « avez-vous fait cela pour des prunes ? ». L’expression a perduré, et notre prune devint un synonyme d’objet sans valeurs.

3- Après cette histoire, dans les campagnes, la « prune » pris également le sens de coup de poings dans le visage, et donna naissance à l’expression « prendre une prune ». Actuellement on se « prends une prune » quand on se prend une amende routière. En parlant d’amende, saviez vous qu’elles peuvent être données par des « aubergines » = contractuelles parisiennes.. 😉

4-  L’été, on sort souvent le barbecue et l’on fait griller des viandes pour un moment convivial. Mais quand on se retrouve soit même « sur le grill » la situation est plutôt embarrassante. Pourquoi le grill ? et bien déjà imaginez vous sur un barbecue ^^ Et de manière plus ancienne, c’est une référence aux buchers où moururent des martyrs. Oui, bon, j’avoue, ce n’est pas réjouissant..

5- En parlant de viande, est ce que cela vous arrive de « tailler la bavette » ? Cette expression est originaire du XVIIe siècle, est issue du terme « bave » qui signifie la salive des enfants. Comme les bavardages se réalisaient souvent en groupe, avec la marmaille à côté, elle se généralisa à toutes les discussions et fut associée au terme « tailler » associé à la connotation de parole. On murmure même que « tailler la bavette » ( expression complète) serait en fait une évocation des bavardages de femmes entre elles, qui tout en parlant essuyaient « avec la bavette » la bave de leurs jeunes enfants jouant à côté.

6- Bref, en cherchant l’origine des expressions j’en ai dénichée une bien fleurie et qui m’était inconnue : « faire la tranche de jambon ». Un sens à votre avis ? Et bien c’est occuper une position intermédiaire dans une relation à trois. Vu que le « jambon » est souvent synonyme d’imbécile, je vous laisse deviner le sens 😉

Mogettes de vendée (sèches)

7- Après le viande les légumes et si c’était « la fin des haricots » ? C’est une expression assez récente qui prends sont origine dans les internats où (au siècle dernier) on nourrissant les élèves avec des haricots, aliments de base. Quand il n’y avait plus de haricots, et bien il n’y avait plus grand-chose. Une autre origine pourrait être issue de jeux de sociétés où l’on pariait des haricots au lieu de monnaie. Plus de haricots voulait dire la fin de la partie.

8- Pour terminer notre petit tour d’expressions, si nous « portions un toast » ? Et non, ce n’est pas une expression 100% anglaise 😉 Le terme « toast » (anglais) vient du vieux français tostéé signifiant une « tranche de pain grillée que l’on mange en buvant un pot » (lui-même issu du latin « toastus » participe passer du verbe griller). Ce « pain grillé » a prit la connotation du « rendre hommage » lors Moyen Age, avec la coutume de trinquer ensemble avant de boire… comme marque de confiance anti-empoisonnement ! En fait, avant de trinquer, on disposait souvent une tranche de pain au fond du verre pour rendre honneur à une personne (en particulier une dame) et la coupe en question faisait le tour des convives avant d’être vidée (avec honneur ET avec la tranche de pain) par le dernier des convives. La pratique aurait migré en Angleterre autour de XVIIIe siècle et l’expression « porter un toast » (avec cette fois un pain grillé trempé dans la boisson et plus disposé dans la boisson) prit sont sens actuel.

 

Voilà, un petit tour d’expressions culinaires connues ou inconnues.

En espérant vous avoir amusé, je vous dis à bientôt pour de nouvelles recettes ! 😉

Print Friendly

3 commentaires

  1. J’ai appris plein de choses grâce à ton article

  2. il y a des expressions que j’ai découverte et d’autres que j’ai compris le sens !!! j’adore ton article !!!

    1. Author

      Merci, ravie que cela t’ai amusée ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.