Jolies découvertes autour de Beaune

Jolies découvertes autour de Beaune

 

Bonjour à tous !

Évadons nous du quotidien pour partir en promenade autour de Beaune, jolie ville de côte d’Or.

Vous l’avez sans doute apercevoir, nous avons profité des vacances de printemps pour nous échapper en famille une petite semaine. Les alentours de Beaune, chargés d’histoires et de saveurs nous parurent une évidence quand à notre choix de destination. Un gîte trouvé en dernière minute, nous avons débarqué les yeux emplis de curiosité envers cette région.  Dans nos sorties, nous n’avons pu passer à côté de deux sites incontournables : l’Hôtel Dieu de Beaune et l’abbaye de Cîteaux.

J’aimerais vous les faire (re) découvrir 🙂

Oui, il pleuvait ces jours là 😉

A la découverte des hospices de Beaume..

La ville de Beaune est doublement connue pour ses vins et ses hospices. Ancienne ville médiévale, c’est un lieu actif, un peu touristique, avec un joli centre ancien. Nous nous rendons à l’Hôtel Dieu, célèbre monument historique..

 

Il était une fois…

Avant de visiter les hospices, ils me faut raconter leur histoire. En 1443, il était Nicolas Rolin, Chancelier du Duc de Bourgogne, et son épouse Guigone de Salins. Tous deux soucieux d’obtenir leur salut auprès de Dieu, ils décidèrent de construire un hôpital pour les pauvres de Beaune. Cette générosité tomba à pic car la guerre de cent ans n’était pas terminée, nombres brigands sévissaient dans les environs, et le peuple souffrait durement de misère !

Soumis à la protection de l’église, entièrement doté par les époux Rolins, un hospice ou  Hôtel Dieu fut construit à partir de 1443. Le premier malade entra en 1452 pour être choyé par les sœurs des hospices, des femmes de foi et d’expérience médicales. L’hospice accueillit peu à peu jusqu’à une quarantaine de malades, soit un des plus grands de l’époque.

Au fil des siècles, grâce aux dotations des nobles et même du Roi, les hospices s’agrandissent et continuent leur œuvre. Réputés dans la région, il firet la fierté de Beaune, et continuent un service in-interrompu jusqu’en..  1971 !

 

En arpentant les salles de l’Hôtel Dieu

Pour cette visite, un audioguide nous est fourni afin d’interpréter la vie de l’hospice. Après l’accueil, on passe dans un premier temps dans la célèbre cour d’où l’on peut contempler les toits de tuiles peintes typiques de la bourgogne.

On pénètre ensuite dans la plus ancienne salle des hospices, dédiée à l’accueil des pôvres malades. On se fait clairement surprendre par l’immensité de la salle, tout en longueur, et terminée par une chapelle. Des lits en bois meublent les murs pour illustrer la composition de la pièce dans l’ancien temps. Il faut s’imaginer la salle grouillante de monde, avec des nones qui courent s’occuper des malades, des lits pleins, et des prières ! Cela devait être saississant!

Dans cette pièce, je me suis clairement surprise à penser qu’on avait bien changé la décoration de nos hôpitaux. ^^

 

Après cette salle, on traverse des ailes plus petites du bâtiment où est expliqué le devenir des hospices au travers les âges.  Dotations, agrandissents sont évoqués  ainsi quelques détails sur la vie courante dans l’hospice.  Les « instruments » médicaux de l’époque que l’on peut apercevoir nous font bien apprécier notre médecine du 21e ^^

Si dans les salles de préparation des medecines on s’amuse des vieux  alambics, l’apothicarium et ses étagères, qui n’est pas sans rappeler la cuisine d’une foodista et ses nombreux bocaux.  😉 On se croirait (presque) à la maison

 

Que faire après ?

La visite est agréable et dure une petite heure.  Après, je vous conseille de flâner dans la vielle ville de Beaune, qui reste une magnifique cité médiévale. Faites un tour jusqu’à l’ancienne abbatiale, nichée au cœur de la ville. Vous pouvez aussi vous amusez à suivre les remparts de la cité, sur lesquels se nichent de nombreuses caves. Les amateurs de vins s’amuseront à reconnaître les maisons ^^

 

 

L’abbaye de Cîteaux

Vous souvenez vous (très vaguement) de vos cours d’histoire où l’on évoquait les grandes abbayes  de Cluny et Cîteaux ?

La seconde étant à proximité, nous en avons profité pour la visiter. 🙂

Prenons la route pour rejoindre un écrin de verdure. L’abbaye se situe à une trentaine de kilomètres au nord-est de Beaune, perdue dans un espace marécageux et encadré de forêts.

 

Il était une fois..

Contons l’histoire de l’abbaye et remontons jusqu’au XIe siècle.. A cette époque les plus grandes communautés monastiques chrétiennes suivent la règle de Saint Benoît, règle éditée en 530 et régentant la vie quotidien autour de la prière et du travail. Dure règle que les moines ne souhaitent plus suivre..

 

C’est alors que, Robert de Molesme (abbé de l’abbaye Notre Dame de Molesme) et quelques compagnons, lassés de ces dérives religieuses,  décident  en 1098 d’aller fonder un nouvel ordre monastique, plus rigoureux. Ils arrivent dans une contrée située à côté de Beaune, boisée,  très humide, qu’ils jugent parfaite pour y vivre leur retraite du monde.  Ils y fondent un « nouveau monastère » puis y vivent en dédiant leur temps autant à la prière qu’au travail manuel. C’est avec l’arrivée de Bernard de Clairveaux en 1123 que l’abbaye prends un net essor, puis que des bâtiments en durs sont construits.

Au fil des ans et des siècles, l’abbaye de Cîteaux s’agrandit avec de nouveaux bâtiments, et des abbayes-filles situées en France puis dans le monde.  Au 18e siècle, l’abbaye de Cîteaux a la forme d’une petite ville enserrée de murs d’enceinte, avec des ailes réservées aux novices, à la recopie des parchemins. Elle a son réfectoire, son infirmerie, une basse cours et nombres dortoirs.

 

Lorsque la révolution viens, l’abbaye est nationalisée, pillée, et ses murs servent de carrière de pierre.  Elle passe de mains en mains avant de redevenir une possession religieuse autour de 1840.  De nouveaux bâtiments plus modernes sont construits, et les moins habitent de nouveau les lieux. Aujourd’hui, elle est toujours habitée, et partiellement visitable.

 

Mettre ses pas dans la vie des moines..

La visite (uniquement guidée) nous présente l’histoire de l’abbaye et des informations sur la vie monastique. Elle se réalise au travers des anciens bâtiments : l’aile des scripts & bibliothèque et le noviciat.

 

Dans un silence respectueux, nous commençons par le scriptorium, où les moines réalisaient les premiers livres. D’abord surpris par la beauté des arches, nous découvrons dans les cellules de petites scénettes autour de l’activité d’écriture des moines de l’époque. Croyez-moi, toucher une peau de mouton traitée comme ancien support d’écriture, cela fait drôle ^^.

 

Au premier étage, dans l’ancienne bibliothèque, nous découvrons exposition sur les  enluminures qui agrémentaient les livres médiévaux… dont une très étonnante qui s’est pas sans appeler nous BDs actuelles. Qui a dit avoir inventé les Bds ? 🙂

Dans le noviciat, bâtisse pas entièrement décorée, nous pouvons découvrir des reconstitutions sur les conditions de vie de moines. Malgré la générosité de la nature, on se rends vite compte que la vie n’était pas simple ou que les moines ont durablement modifié le paysage autour de Cîteaux.

Nous sortons de la visite emplis de respects envers cette communauté qui a décidé de vivre sa foi et sa retraite,  et réfléchissant aussi sur nos choix de vie.

 

Péché de Gourmandise

Pour finir, je vous recommande un petit tour dans la boutique, acheter un Cîteaux fromage produit par les moines (un délice ressemblant au reblochon).. Et les petits sachets de bonbons au miel, ils sont à tomber 😉

 

 

Voilà, deux belles découvertes à faire si vous passez du côté de Beaune 🙂

 

Bonne journée à tous !

Enregistrer

Enregistrer

Print Friendly

8 commentaires

  1. merci pour cette jolie ballade, j’ai entendu beaucoup de bien de ces sites il faudra que j’aille les visiter un de ces jours!!!! bisous

  2. j’avais visité les hospices il y a fort longtemps, j en garde un bon souvenir,
    merci pour cette jolie ballade
    bisous

    1. Author

      Ils m’auront clairement impressionnés par leur grandeur, la richesse des décors, et l’excellent état de conservation. Et se dire que ces hospices ont tourné jusqu’en 71 !

  3. Comme tu le sais, j’ai re-visité les Hospices de Beaune et fait une balade dans la ville en février. Pour Citeaux, c’était, à cette époque de l’année, fermé à la visite mais je l’ai noté pour un prochain séjour…

    1. Author

      Je m’étais renseignée avant, et c’est vrai que les créneaux de visite sont assez peu nombreux. On s’était verouillé un jour pour 😉
      J’espère que tu aura l’occasion, c’est clairement un lieu chargé d’histoire à avoir visité..

  4. que de jolies photos, merci !! j’ai bien aimé cette petite balade, ça rappelle de chouettes souvenirs !! bisous, bon dimanche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.