Découverte : Le thym – Du jardin à l’assiette

Découverte : Le thym – Du jardin à l’assiette

Bonjour à tous,

 

Hier, c’était Halloween…. et à mon grand désespoir, je n’ai pas eu besoin de costume pour une transformer en zombie.. Car voici que je me suis choppé la « première grippe de l’année ». Youpi ><

A cette « occasion », j’aimerais partager avec vous un billet préparé depuis quelque temps dédié à une plante qui me sers aussi bien en « coup de pouce » en cas de coup de froid qu’en cuisine : le thym.

Alors, entre deux tisanes de thym maison, prenons nos bottes, et partons dans le jardin ..

 

Tiens, thym, une plante

De son petit nom « Thymus » (= «parfumé » en Grec), le thym est une plante vivace, plutôt robuste, qui pousse en Europe occidentale. C’est une petite plante basse, avec des inflorescences emplies de petites feuilles allant du vert foncé au vert pâle. Plusieurs variétés sont connues, et les plus communes dans les jardins sont :

  • Le thym commun (ou thym « vulgaire ») : avec de nombreuses inflorescences remplies de petits « brins longs » et verts foncés
  • Le thym citron : avec des tiges emplies de petites feuilles bien vertes.
  • Le thym sauvage (également nommé serpolet)

Le thym est une plante bien robuste, qui se plaît dans la plupart des jardins. Idéalement, on la place dans une terre un peu rocailleuse, au soleil, ou alors dans des pots sur les balcons. Elle tient bien le froid de l’hiver et les températures négatives.

Thym Sauvage

Thym officinal sauvage - vercors

Thym citron

 

Le thym en cuisine

En cuisine, un thym vaut mieux que deux tue-lauriers .. euh non ..

En cuisine, c’est une herbe aromatique incontournable, que l’on retrouve très souvent dans la composition des fameux « bouquets garnis » en association avec le laurier. Il a une saveur et une odeur assez puissante, plutôt chaude et qui évoque bien vite le soleil de la Provence et les vacances.

Le thym doit être utilisé préférentiellement dans un plat cuit (servi chaud ou froid, mais qui a cuit au moins un moment). En fait, les molécules aromatiques du thym sont contenues dans l’huile essentielle des feuilles de thym. Pour être libérées, elles ont donc besoin de chaleur, d’où le besoin de cuisson.

Niveau accord de goûts, le « thym commun », se prête bien :

  • à tous les plats méditerranéens réalisés avec les légumes de l’été (tomate, aubergine, courgette)
  • au « parfumage » des pommes de terre et des légumes racines.
  • à la préparation du lapin, volaille et agneau.
  • à une association avec le citron.
  • à l’aromatisation de pâtes brisées, pour des tartes aux saveurs originales.

Quelques exemples sur mon blog :

Quiche au thon, oignons et thym
Purée de panais au thym
Conserves d’aubergine au thym
Tarte fine courgette et herbes de provence
Tarte fine courgette et herbes de Provence (dont beaucoup de thym )

 

Le thym citron, quand à lui apporte avec sa saveur thym une petite pointe de citron, qui convient bien aux volailles, poissons, et lapin. [pas encore essayé avec les légumes].

Maquereau au four, thym et citron

Un « must have » de l’hiver

Habituellement, je suis plutôt du genre septique aux propriétés médicinales des plantes, surtout quand on ne maîtrise pas les dosages des principes actifs. Le thym est la seule exception à mon scepticisme : En effet, à chaque hiver, en cas de rhumes, bronchites, etc..j’ai vite expérimenté que les remèdes de grand-mère à base de thym sont une petite aide appréciable pour « passer le coup ».

1 – La tisane de thym :

c’est tout simplement quelques branches de thym infusées 5 à 10 minutes dans de l’eau bouillante (au-delà, la tisane peut être un peu amère). L’idéal est d’utiliser du thym frais [d’où l’intérêt d’en avoir au jardin ou sur le balcon] mais on peut aussi se rabattre sur du thym sec en branche [en grande surface : rayon « fruits secs » ou rayon «  épices »]

Avec un peu de miel dedans, c’est une boisson chaude appréciable pour apaiser le mal de gorge, et qui peut être bien appréciée par les petits. Pour les dosages, à la maison, on utilise généralement 3-4 belles branches pour environ 1L d’eau. Le miel est dosé à convenance, avec en moyenne 1 cuillère à café par tasse.

Notez jusqu’il est préférable d’en consommer avec modération : pas plus de 3 tasses par jour, 3-4 jours de suite.

 

2- l’inhalation

Tout simple aussi : en préparant une tisane de thym, vous retirez la casserole, et vous mettez le nez « dessus » pour respirer les vapeurs de thym. Idéalement, il faudrait avec un linge sur la tête pour contenir légèrement les vapeurs, mais cela chauffe bien vite ^^. Cette méthode peut être un coup de pouce pour dégager les voies respiratoires.

Voilà, quelques infos.  Juste une info importante « de bon sens », malgré ses propriétés médicinales, le thym ne dispense pas d’une visite chez le médecin en cas de gros problèmes de santé… ni de la patience nécessaire quand il faut attendre qu’un rhume/grippe passe. Patience et longueur de thym.. euh de temps.. font plus que force, ni que rage ^^

Bonne journée à tous, et à bientôt !

 

Sources :
Wikipédia
Marmiton
– et diverses connaissances acquises au fil du temps..

Enregistrer

Print Friendly, PDF & Email

Un commentaire

  1. Hello

    C’est avec grand plaisir que je découvre ton blog, très agréable à lire et à regarder. On a l’impression de sentir les odeurs rien quand lisant tes recettes. Je compte bien me mettre au fourneau pour en tester quelques unes.
    Corine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.