Astuces / DIY : Sécher et conserver les aromatiques du jardin

Astuces / DIY : Sécher et conserver les aromatiques du jardin

conserver herbes aromatiques du jardin - tutoriel

Bonjour à tous,

 

Je vous retrouve aujourd’hui pour quelques astuces façon « Do It Yourself » si vous souhaitez conserver les herbes aromatiques de votre jardin.  Dès que je me suis mise à la cuisine, je n’ai pas résisté à l’envie de planter persil, basilic, ciboulette, thym, et tout autre herbes qui parfument les recettes. Mais quelle déception quand viens l’automne de voir ses pieds de basilic flétrir.. Puis toutes ces senteurs se perdre. Ma belle-famille m’ayant appris comment faire pour sécher et conserver ..  puis m’étant lancée dans ma deuxième session « séchage » de l’année, je me suis dit que cela pourrais vous être utile de connaître ses astuces.

 

 

Quelques herbes aromatiques sécher  ?

En théorie, on peut sécher à peu près toute les herbes, cependant, pour les herbes du jardin, il faut distinguer

  • Les herbes qui ne poussent qu’au printemps/été (*) : les herbes « à feuilles » comme basilic,  l’estragon, la verveine, l’aneth, la coriandre => séchage indispensable  pour en disposer en hiver
  • Celles qui restent, mais qui sont bien dévêtues en hiver : les plantes rustiques le thym , la sauge, le persil,  la ciboulette, l’origan =>  il est très utile d’en conserver sèches sinon vous risquez de mettre votre plante « à poil »  en cas de forte utilisation ^^
  • Celles qui ne se  consomment idéalement que sèche : le laurier (toxique quand vivant à haute quantité)

Vous pouvez également sécher les herbes achetées dans le commerce, généralement de prix plus raisonnable au printemps/été.

Note (*) Affirmation valable pour les latitudes France métropolitaine ^^

Quand lancer le séchage ?

L’idéal est de le faire quand les plantes sont en pleine forme :

  • Milieu ou  fin d’été pour les herbes d’été comme le basilic, verveine, l’estragon, aneth,  origan : de mon côté, je procède généralement à 2 séances « séchage » : 1 milieu aout alors que la plante est en forme et 1 milieu septembre avant l’arrivée de l’automne.
  • Fin de printemps pour les herbes « précoces » comme le persil planté en début de saison, la ciboulette vivace, la coriandre vivace etc, qui sont les plus expressives en cette saison. De même, n’hésitez pas à lancer deux sessions si vous en avez en grande quantités.

Le laurier sauce fait exception car celui ci gardant ses feuilles, elles peuvent être séchées en toute saison.

Comment procéder ?

On m’a appris deux méthodes :

A) Pour les plantes « à feuilles » : basilic, persil, sauge, ciboulette, estragon, etc

 

Matériel : 1 cagette en bois + papier absorbant + vos plantes (+ éventuellement étiquette si vous en lancez plusieurs) + 1 coin au soleil.

Séchage du basilic et du persil
Exemple de séchage : basilic et persil

Comment faire ?

  • Récupérez vos feuilles puis lavez les soigneusement et épongez  les
  • Au fond de la cagette, recouvrez de 2 à 3 épaisseur de papier absorbant.
  • Etalez y vos feuilles en fine couche. L’idéal est d’éviter tout chevauchement.
  • Laissez ensuite sécher au soleil, à l’abri de l’eau  devant une fenêtre, une véranda ou un coin de la terrasse couvert. Le temps de séchage dépends de vos plantes et des conditions climatiques (pluie, soleil, température, etc). Comptez au minimum une semaine
  • (éventuellement) Si vous avez des gourmands parfois trop prompts à débarrasser les objets dont ils ne comprennent pas l’utilité, mettez bien une étiquette « XXX en séchage, ne pas jeter » 😉
  • Vos récupérerez vos feuilles une fois celles-ci bien sèches
  • Conservez les dans des bocaux en verre ou tout autre conteneur de votre choix.

 

 

B) Pour les plantes « à branches » : thym, laurier.

Pour ces plantes, si vous ne disposez que de quelques branches, vous pouvez très bien utiliser la méthode précédente. En revanche, si c’est en quantité importante, l’idéal est la méthode suivante :

Matériel  : ficelle de cuisine + vos plantes + 1 coin au soleil

sechage_thym
Exemple de séchage : bouquet de thym citron

Comment faire ?

  • Récupérez vos branches et lavez les soigneusement.  Si vous avez cueilli du thym par touffe, pensez à bien trier les feuilles mortes, brins d’herbes et autres plantes adorant s’engouffrer dans le buisson.
  • Composez des petits fagots que vous lierez avec de la ficelle de cuisine. Laissez ensuite 50 cm (voir plus) de fil.
  • Suspendez vos fagots tête en bas au soleil, à l’abri de l’eau (fenêtre, véranda, etc). de même, le temps de séchage est aussi aléatoire selon les conditions climatiques. Les premiers jours de nombreuses feuilles risquent de se détacher, ne vous en inquiétez pas, ce sont les feuilles mortes de vos branches.
  • Pareil, une étiquette « ne pas jeter » peut servir 😉
  • Une fois les branches bien sèches, détachez les feuilles et conservez les dans des bocaux en verre ou tout autre conteneur de votre choix. Dans le cas du thym, l’astuce pour récupérer les feuilles et de gratter la branche à « rebrousse feuille ». Triez néanmoins le résultat pour éliminer toute petite branche résiduelle.

 

Voilà la méthode que l’on m’a appris. Et vous comment procédez vous ?

Si vous aves des questions n’hésitez pas à les poser en commentaire.

 

En espérant que ce billet vous sera utile, je vous dit à bientôt !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Print Friendly

6 commentaires

  1. Super, j’ai fait les « faciles », verveine et sauge, mais je n’ai jamais essayé persil ou basilic.
    L’an dernier j’ai séché de la menthe et de la mélisse. Pour cette dernière, la perte en goût à été très rapide ( 2 mois)
    Du coup j’ai un pied en pot..
    La méthode  » rebrousser poil » marche aussi sur la verveine!
    A bientôt !

    1. Author

      Coucou,
      j’ai essayé la menthe congelé mais niveau résultat cela a été une catastrophe. Cette année, l’ayant bien « ratiboisée » pour les sirops, je nen ai âs tant que cela à sécher donc elle va propablement passer à la trappe. La mélisse je n’ai jamais essayé, ne maîtrisant pas cette herbe. 🙂

      Je prends note de la méthode rebousse poil pour la verveine, cela me fera gagner du temps 😉

    1. Author

      Oui, c’est un sacré confort. Et même si elles n’ont pas le goût des fraîches, je trouve qu’elles ont plus de saveur que ce que l’on trouve dans le commerce 🙂

  2. Eh bien, ça m’intéresse ! J’allais ratiboiser un pied de sauge et la congeler, mais pourquoi pas essayer de la sécher ! Entre congélation et séchage, tu préfères quoi ? Bises Florence

    1. Author

      Coucou,
      la sauge marche très bien sèche. j’en ai fait un gros pot l’année dernière qui a bien tenu dans le temps en conservation et en goût. Je n’ai pas essayé la congélation, ayant un problème de place entre les courgettes et haricots verts ^^.
      Après, la sauge étant généralement bien robuste, elle conserve pas mal de feuilles en hiver, surtout si tu as un gros pied. Tiens moi au courant, cela m’intéresse de voir le résultat des autres 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.